Image lionsdelatlas par défaut

Le ministre des sports, Housséyni Amion GUINDO, a dépêché ce jeudi le Directeur national des Sports, accompagné d’huissiers et d’une escouade de policiers anti-émeutes et prêts à en découdre, pour fermer et sceller les bureaux de la Fédération Malienne de Football, FEMAFOOT.

ette initiative, assez extrême et radicale, est consécutive de la décision N&deg0011/MS-SG, datée de la veille prise ce mercredi 8mars 2017, &lsquo’portant dissolution de l’organe directeur de la Fédération Malienne de Football et mise en place d’un comité provisoire”. La décision de dissoudre le comité exécutif de la FEMAFOOT, à en croire le Ministre Guindo, est fondée sur la situation de crise au sein du football malien. Interrogé par des confréres, quant à sa réaction face à cette mesure, le Président de la FEMAFOOT, Boubacar Baba DIARRA, a assuré ne pas avoir de réaction particuliére car, d’aprés lui, il s’agissait d’une décision ministérielle prise par une instance hiérarchique administrative élevée et que du fait de son rang d’officier supérieur de la Police, il ne s’autorisait aucun commentaire à faire. Mais selon différents recoupements, la décision N&deg0011/MS-SG, du mercredi 8mars 2017, constitue à la fois dans le fond que dans la forme, une violation systématique de toutes les régles régissant le football, tant pour le décret réglementant les relations Etat-FEMAFOOT, que celles en vigueur au sein de la FIFA et la CAF. Il faut comprendre que sauf cas de faute lourde, comme détournements financiers avérés, ni la FIFA ni la CAF ne sauraient se satisfaire d’une telle argutie. Au demeurant, la décision assure que le Ministre se propose de mettre en place un comité provisoire qui, pendant les douze prochains mois, s’occupera de gérer les affaires du football. Ce qui constitue une hérésie administrative d’autant que dans les textes, seules les instances nationales du football, ligues, clubs et associations de football ou les internationales sont habilitées à mettre ce genre de comité en place