Image lionsdelatlas par défaut

Pour renforcer son travail en la matiére et garantir le respect des droits de l’homme, la FIFA a constitué un organe consultatif indépendant composé d’experts internationaux émanant du systéme des Nations Unies ainsi que de la sphére des syndicats, de la société civile et du monde des affaires.

Le Conseil consultatif des droits de l’homme accompagnera la FIFA sur toutes les questions qu’il estimera pertinentes pour que la FIFA assume ses responsabilités en matiére de droits de l’homme. Amené à se réunir au moins deux fois par an, il tiendra sa premiére séance le 13 mars prochain au siége de la FIFA à Zurich. &Agrave l’issue de chaque séance sera publié un rapport contenant les recommandations du conseil à l’intention de la FIFA ainsi qu’un point de la FIFA sur comment elle s’est attelée aux recommandations précédemment formulées par le conseil. Les délais de publication du premier rapport feront l’objet de discussions lors de la séance du 13 mars et seront communiqués en temps voulu. “Le travail de ce conseil consultatif est une composante importante des efforts que nous déployons pour tenir nos engagements en matiére de droits de l’homme. Nous sommes très fiers de pouvoir compter sur un panel d’experts aussi prestigieux nul doute qu’ils sauront nous apporter leur aide et aussi nous mettre devant nos responsabilités dans les domaines o&ugrave ils estiment que nous devons nous améliorer. C’est la premiére fois qu’une fédération sportive internationale se dote d’un tel organe consultatif, et nous sommes impatients de commencer à travailler ensemble à cette mission novatrice”, a déclaré Fatma Samoura, Secrétaire Générale de la FIFA. “Je salue la décision de la FIFA de créer ce Conseil consultatif des droits de l’homme qui, s’il fonctionne comme prévu, pourra aider la FIFA à mettre en application ses engagements et à agir concrétement pour s’atteler aux risques en matiére de droits de l’homme liés à ses compétitions et événements. Le football est un sport mondialement suivi, qui dépasse tous les clivages sociaux. C’est pourquoi la FIFA est on ne peut mieux placée pour jouer un role moteur dans la défense des droits de l’homme, et ce même dés sa sphére opérationnelle premiére”, a commenté Lene Wendland, conseillére en entreprises et droits de l’homme auprés du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. (suite)