sofyan_amrabat

Dans un long entretien accordé au site de la Viola, le Lion de l’Atlas, Sofyan Amrabat, qui brille avec la Fiorentina, est revenu sur son attachent au Maroc et sur les raisons de son choix final de porter le maillot des Lions de l’Atlas. Extraits choisis :

Racines profondément marocaines

«Je viens du Maroc, mes parents sont du Maroc, mes grands-parents sont du Maroc – j’ai du sang marocain. Chaque fois que je vais au Maroc, le sentiment intérieur – je ne peux pas le décrire avec des mots – c’est que je suis chez moi. La Hollande est aussi ma maison. J’ai aussi une relation spéciale avec la Hollande. Mais le Maroc est particulièrement spécial.

«J’ai une excellente relation avec la Hollande. J’y suis né et j’ai passé presque toute ma vie là-bas, de ma naissance jusqu’à mes 22 ans et je suis allé en Belgique et plus tard en Italie. J’y ai passé toute ma vie. Bien sûr, j’ai du sang marocain – je sens que je suis marocain. Mais je suis né là-bas, donc la Hollande est aussi une partie très importante de ma vie.

Passage de Jong Oranje à Lion de l’Atlas

Au début, je jouais au niveau des jeunes pour les Pays-Bas – la première fois que j’ai joué, c’était pour les U15, puis les U16. Plus tard, le Maroc s’est qualifié pour la Coupe du monde des moins de 17 ans et il voulait aller avec une équipe forte. Ainsi, le coordinateur de la jeunesse au Maroc, Pim Verbeek – un Néerlandais décédé maintenant – est venu en Hollande pour parler à moi et à mon père. 

“Nous vous voulons – nous allons à la Coupe du monde U17 à Dubaï”, a-t-il déclaré. C’était spécial – je ne pouvais pas dire non à cela. Je suis donc allé jouer la Coupe du monde U17 avec le Maroc, et depuis, j’ai joué pour le Maroc. J’ai joué pour les U20 et U23, puis une fois, ils m’ont appelé pour un match amical senior contre l’Uruguay – l’entraîneur était Badou Zaki, et j’avais 18 ans. Je n’ai pas joué, mais c’était spécial – ma première fois en équipe nationale senior. 

J’ai commencé à grandir et à jouer pour la première équipe d’Utrecht, et je me débrouillais bien. A 20 ans, j’ai fait mes débuts au Maroc. J’étais blessé, mais l’entraîneur [Hervé Renard] m’a quand même appelé. Ce n’était pas un match officiel, mais un match amical, donc je pouvais encore changer. Puis ça s’est un peu calmé, pendant un moment je n’ai joué ni pour le Maroc ni pour la Hollande. 

Ensuite, j’ai déménagé à Feyenoord et j’ai joué avec de très bonnes performances avec Feyenoord en Ligue des champions, donc en Hollande, le débat a commencé sur moi. Dick Advocaat et Ruud Gullit m’ont appelé et voulaient me parler – pourquoi dirais-je non? Advocaat est un excellent entraîneur – je le respecte – alors je suis allé les rencontrer avec mon agent.

C’était une très bonne conversation. C’est un gars fantastique – nous avons parlé pendant deux heures et il m’a dit qu’il me voulait dans l’équipe nationale néerlandaise. J’avais fait mes débuts au Maroc, mais pas un jeu officiel, mais toujours un début. J’ai commencé à y penser avoir peut-être des doutes, car j’ai grandi en Hollande. 

Le rôle de Fouzi Lekjaa dans son choix

Le président de la FRMF (Fouzi Lekjaa) a entendu cela et a dit: «Pouvez-vous s’il vous plaît venir au Maroc – je veux parler à vous et à vos parents.» J’ai dit: “Eh bien, pourquoi pas?” Alors j’y suis allé. Je me souviens que je suis allé avec mes parents au Maroc pendant trois jours et il a tout organisé parfaitement. Nous avons parlé avec lui et il m’a dit que j’allais bien, mais que je suis marocain et qu’ils voulaient que je reste avec eux. 

Ensuite, nous sommes allés assister à un match de qualification pour la Coupe du monde – le Maroc a joué contre le Gabon et a gagné 3-0, à Casablanca. C’était totalement complet, peut-être 60 000 ou 70 000 personnes. L’atmosphère là-bas ce jour-là était incroyable – même maintenant, j’ai la chair de poule. Donc, quand j’ai vu le jeu et tous ces gens, au fond de mon cœur, je savais que je ne pouvais pas changer – je savais que je ne pouvais pas jouer pour un autre pays. C’était peut-être un geste intelligent de la part du patron de la FA marocaine. 

Une semaine plus tard, j’ai appelé Dick Advocaat pour le remercier de son intérêt et lui dire que je voulais qu’il sache avant tout le monde que je resterais au Maroc. Et il a répondu: «C’est dommage. Mais je respecte votre choix. C’était difficile mais à la fin de la journée j’avais fait mon choix.

Ses chances au niveau international

Beaucoup de gens me disent que j’aurais plus de chances de gagner quelque chose avec la Hollande. Mais tu ne sais jamais. Avec le Maroc, je suis allé à une Coupe du monde, à laquelle la Hollande n’a pas participé. Les Pays-Bas ont à nouveau une équipe vraiment forte, avec beaucoup de jeunes joueurs, donc ils commencent à revenir à leur niveau. Mais c’est le football. Surtout au niveau international – parfois vous avez un groupe fort, parfois moins. Maintenant, la Hollande est à nouveau forte. Ils seront un côté supérieur. 

Mais c’est aussi intéressant de regarder notre équipe au Maroc maintenant. Nous grandissons et tout est bien organisé. Les installations, par exemple – ils ont construit un centre de formation incroyable. Quelque chose comme 10 à 15 emplacements, à l’intérieur, à l’extérieur. Il y a tout ce que vous voulez, tout ce dont vous avez besoin. Nous dormons là-bas – tout est parfait. Le Maroc grandit, nous avons un très bon coach et nous avons beaucoup de potentiel, donc tous les ingrédients sont là pour réaliser quelque chose. 

Quand nous avons atteint la Coupe du monde après 20 ans, c’était une sensation incroyable. Les Marocains faisaient la fête en Hollande, en France, en Belgique – partout. Les Marocains pleuraient. Vous réalisez à quel point c’est important pour les gens. Même ceux qui ne se soucient normalement pas du football ont regardé la Coupe du monde. La Coupe du monde en 2018 a été l’un des meilleurs moments de ma vie.

Nous nous sommes presque qualifiés pour la Coupe d’Afrique des Nations et bientôt nous commençons les éliminatoires de la Coupe du Monde – nous avons beaucoup de potentiel et nous devons le montrer sur le terrain.