maroc_algérie_Hand

Les absents auront toujours tort… Le président de la Fédération algérienne de handball (FAHB), Habib Laban, a ouvert la porte à un boycott de la 25e édition du Championnat d’Afrique des nations de handball prévue au Maroc. 

«La participation de l’Algérie serait tributaire du site de ses rencontres, a annoncé le patron de l’instance sportive dans une récente déclaration au média local La Gazette du Fennec. L’Algérie pourrait se retirer de la compétition, si l’une de nos rencontres devrait se jouer dans l’une de ces villes (Laâyoune et Guelmim). »

Cette semaine, la Confédération africaine de handball (CAHB) a approuvé l’organisation de la compétition dans les villes de Laâyoune et Guelmim. Son président, Dr. Mansourou Aremou, se trouve actuellement au Maroc pour une mission d’inspection des sites en question. La délégation de la CAHB s’est d’abord rendue dans la ville de Laâyoune et a visité les installations sportives devant accueillir la CAN 2022.

Les autorités algériennes pourraient décider de faire l’impasse sur cette phase finale car les voisins musulmans et arabes refusent au Maroc son droit de défendre son intégrité territoriale, “l’ennemi classique” disent-ils.

L’Algérie, qui s’est autoproclamée défenseuse des causes perdues, devrait donc très probablement s’illustrer par son absence. Cette décision politique pourrait, cependant, avoir des répercussions sur le handball algérien. La CAHB pourrait sanctionner la Fédération algérienne de handball en cas de boycott.