La Fédération Algérienne de Football (FAF) a déposé un recours auprès de la commission d’arbitrage de la FIFA deux semaines après avoir saisi la commission de discipline.

La FAF pointait du doigt les défaillances de l’arbitrage de Bakary Gassama tout en accablant un pays africain qui serait derrière son malheur actuel.

De son côté, dans sa tentative désespérée de justifier ses propos incitant à la violence, Djamel Belmadi a profité de sa nouvelle sortie médiatique pour s’exprimer sur ce recours déposé par l’Algérie après sa défaite cuisante et très douloureuse face au Cameroun. Le sélectionneur des Fennecs s’aligne avec le discours officiel en dénonçant le trafic d’influence autour de l’arbitrage africain. Le même était ravi de l’arbitrage africain en 2019 lorsqu’il a gagné la CAN !

Et l’arbitrage, quand je parlais d’âge préhistorique. Il y a une mainmise de ceux qui ont le bras le plus long et des trafics d’influence. Ça fait partie des priorités de l’UEFA, Infantino le dit aussi. Dans les faits, rien ne s’est passé… D’ailleurs, Aliou Cissé, qualifié, dit que l’arbitrage est un gros problème, mais qu’il ne peut pas trop en parler à cause de sa fédération“, a expliqué Belmadi dans sa tentative de justification.

On va porter un recours et en portant un dossier lourd. je ne peux pas en parler dans les détails, la procédure est en cours. Ce que je veux dire c’est qu’on ne va plus jamais accepter ça. c’est le nœud de problème, l’arbitrage africain“, a martelé le coach algérien.

L’ennemi classique, encore et toujours

D’après les médias algériens, la FIFA enquêterait actuellement sur l’affaire Gassama qui aurait reçu une somme d’argent par virement sur son compte via une société appartenant à un président d’une Fédération dont la sélection est qualifiée au prochain mondial. C’est par ailleurs l’argument le plus soutenu dans le recours introduit par la FAF.

Nul besoin de préciser de quelle Fédération pourrait s’agir, l’ennemi classique est connu depuis des lustres.

Plusieurs scénarios sont envisageables après le recours mais le plus profitable pour l’Algérie est que la FIFA reconnaisse les faits de corruption car dans ce cas, le match pourrait directement être donné aux algériens avec une victoire sur tapis vert. Les Fennecs seraient donc qualifiés pour la prochaine Coupe du Monde à la place du Cameroun. Le rêve est permis et l’espoir fait vivre.