Ziyech

Certes, il y a quelques grands noms au sein de la sélection marocaine, mais ce qui fait la force des Lions de l’Atlas de Walid Regragui, c’est l’organisation tactique sans ballon qui les rend si difficiles à battre et pénibles à jouer. 

Des joueurs comme Hakim Ziyech et Sofiane Boufal, connus pour leur technique et leur habileté avec le ballon, se joignent systématiquement à Youssef En-Nesyri pour former le premier rempart des Lions de l’Atlas lors des trois matchs sans défaite du Maroc en phase de poules de la Coupe du Monde. A ce jour, le Cholismo revisité de Walid Regragui porte ses fruits.

La Roja, adepte de la possession

Le tiki-taka espagnol est utilisé par Luis Enrique. Avec une possession de balle comprise entre 60 et 75% depuis son arrivée, la Roja apprécie toujours autant contrôler le cuir qu’elle confisque littéralement à son adversaire.

Aidée par les automatismes travaillés en club, notamment au Barça et au Real, la Roja est probablement la meilleure équipe de la planète en phase de possession. Mais pour que celle-ci soit efficace, il lui faut un grand Sergio Busquets et de l’espace pour Pedri et Gavi.

La flexibilité tactique de Regragui

Contre la Croatie, le Maroc s’est concentré sur l’annulation du trio de milieu de terrain croate composé de Luka Modric , Marcelo Brozovic et Mateo Kovacic, habituellement n forme dans leur 4-3-3. La Croatie n’a pas pu accéder librement à son trio de milieu de terrain et le résultat a été que Modric a dû s’enfoncer plus profondément dans une position d’arrière droit pour recevoir le ballon dans l’espace.

Lors de son deuxième match, Walid Regragui a peaufiné sa ligne défensive pour s’adapter au 3-2-4-1 de la Belgique. L’ajustement consistait à pousser Noussair Mazraoui vers l’avant, près de Kevin De Bruyne pour l’empêcher d’être libre et aussi pour équilibrer les forces au milieu de terrain. Avec le soutien défensif de Boufal et Ziyech, l’organisation marocaine sans ballon a limité les joueurs les plus percutants des Diables rouges, à savoir De Bruyne et Hazard.

Défensivement, le 4-2-3-1 du Canada en possession du ballon a fait les affaires du Maroc. Amrabat n’avait que Junior Hoilett à marquer, tandis qu’Ounahi et Abdelhamid Sabiri étaient sur Mark-Anthony Kaye et Jonathan Osorio.

La force de la Roja

Face à la Roja, l’organisation concoctée par Walid Regragui aura probablement pour objectif d’empecher Sergio Busquets d’organiser le jeu. Le milieu du FC Barcelone est l’une des pièces maitresses du système de Luis Enrique. Busquets a régné sur le milieu de terrain face au Costa Rica en se montrant juste dans ses choix et précis dans ses transmissions.

Dans le système de Luis Enrique, empêcher Busquets de developper son jeu est l’une des solutions pour contrecarrer les plans de la Roja. “Si on arrive à jouer comme on veut, à être dans le camp de l’adversaire et à garder le ballon, Busquets reste le numéro unSi on commence à jouer long et à changer notre style, évidemment, ‘Busi’ ne sera pas le meilleur milieu pour cela. Mais pour jouer comme on veut jouer nous, je ne vois pas un seul joueur meilleur que Busi” a expliqué Luis Enrique.

Le Cholismo revisité des Lions de l’Atlas

Comme lors des 3 premiers matchs, chaque Lion de l’Atlas doit être prêt à se sacrifier pour le plus grand bien de l’équipe. Le Maroc de Walid Regragui a montré que défensivement, il est prêt à presser haut son adversaire pour perturber le jeu de construction. Les marocains ont également montré qu’ils étaient remarquablement à l’aise pour abandonner la possession du ballon et tomber dans un bloc défensif bas. Leur reste à peaufiner les contres et être plus rapides dans les transitions, en perte de balle et en récupération.

Ainsi, face à l’Espagne, le Maroc pourrait opter pour la même configuration de jeu utilisée face à la Croatie et la Belgique pour le même pragmatisme et la même agressivité. L’objectif sera de harceler son trident Busi-Pedri-Gavi afin de l’empêcher de construire le jeu ou de remonter le ballon.

Composition probable du Maroc : Bounou – Hakimi, Aguerd, Saiss, Mazraoui – Amallah, Amrabat, Ounahi – Ziyech, En-Nesyri, Boufal.

Composition probable de l’Espagne : Simon – Carvajal, Rodri, Laporte, Alba – Busquets, Pedri, Gavi – Olmo, Asensio, Torres.