Image lionsdelatlas par défaut

Si le Gabon s’apprête à accueillir les plus grandes stars du continent africain, certains joueurs de renom manqueront tout de même la Coupe d’Afrique, qui débute ce samedi.

Les absents sur blessure

De l’accident de voiture à la fracture, les blessures, plus ou moins graves, ont décimé les rangs des sélections africaines cette année. La Cote d’Ivoire, tenante du titre, sera ainsi privée de Gervinho, son capitaine depuis la retraite internationale de Yaya Touré. Le milieu de terrain des Elephants, dont les primes et salaires au Hebei China ont récemment fait la une, souffre d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche. L’Algérie, huitiéme-de-finaliste de la derniére Coupe du monde, devra de son coté composer sans Ryad Boudebouz, opéré du ménisque le 15 décembre dernier. Mais les Fennecs, portés par Riyad Mahrez, élu joueur africain de l’année, resteront comme l’un des favoris affichés de la compétition.

Le Maroc nourrit lui aussi de belles ambitions. Mais les Lions de l’Atlas sont plombés par de nombreux forfaits. Leader du Championnat de France avec Nice, dont il est un des piliers, Younes Belhanda, touché au pied, ne sera pas présent au Gabon. Tout comme le Stéphanois Oussama Tannane, victime d’une pubalgie, Nordin Amrabat (Watford), blessé à une cheville, et surtout Sofiane Boufal (Southampton), dont la nature de la blessure n’a pas encore été révélée.

Le Sénégal, autre cador du continent, devra lui aussi se passer de certains cadres. Diafra Sakho (West Ham), recalé à la visite médicale par West Bromwich en début de saison, n’a cessé d’être indisponible depuis, notamment à cause d’une opération du dos et la carriére de Pape Souaré, touché au fémur lors d’un terrible accident de voiture il y a quatre mois, reste encore en suspens. Du cote de la République démocratique du Congo, l’impact du forfait de Yannick Bolasie sera sans doute très fort. Leader naturel des Léopards, l’ailier d’Everton s’est gravement blessé au genou début décembre.

Ceux qui n’ont pas été retenus

Georges Leekens, le sélectionneur de l’Algérie, a volontairement décidé de se passer de deux de ses cadres, Carl Medjani, son capitaine, et Sofiane Feghouli. Cette décision, surprenante, a été justifiée par le coach belge par “le manque de rythme&raquo des deux joueurs, qui jouent peu en club. Dans une situation délicate aprés avoir résilié son contrat avec Galatasaray, Aurélien Chedjou a lui aussi d&ucirc faire une croix sur la CAN. Le Cameroun a décidé de ne pas retenir l’ancien défenseur de Lille. Du coté du Ghana, c’est Majeed Waris qui a été écarté par Avram Grant. L’attaquant de Lorient, quatre buts seulement cette saison, faisait pourtant partie de la pré-liste des Black Stars. Ga&eumll Kakuta ne sera pas non plus de la partie. Alors qu’il a, en juillet 2016, décidé de se tourner vers la RDC, aprés avoir longtemps attendu un signe de l’équipe de France, le milieu de terrain du Hebei China Fortune, n’a pas convaincu son sélectionneur.

Ceux qui ont décidé de boycotter la compétition

C’est du coté du Cameroun qu’il y a eu le plus de défections, huit au total. Jo&eumll Matip (Liverpool), éc&oeliguré par l’amateurisme ambiant, et Eric Choupo-Moting (Schalke 04), officiellement pour des raisons personnelles, officieusement pour ses relations houleuses avec le staff en place, ont préféré déserter. Tout comme Guy Roland N’dy Assembé, titulaire avec Nancy mais rempla&ccedilant chez les Lions, le Lillois Ibrahim Amadou, Allan Nyom à West Bromwich et le Marseillais Franck Anguissa, qui ont choisi de privilégier leur club. Le Bordelais Maxime Poundjé, lui, a choisi de jouer pour la France, dont il n’a pourtant plus fréquenté les rangs depuis 2011 et quelques rencontres avec les U19.