Les 4 binationaux

Lors de sa dernière conférence de presse, le sélectionneur des Lions de l’Atlas, Vahid Halilhodzic, a indiqué qu’il était en discussion avec plusieurs sans révéler leur nom ou préciser leur nombre exacte.

Il faut éviter toute pression inutile et c’est pourquoi Vahid use de la discrétion fortement conseillée lorsqu’une procédure est en cours.

Durant cette conférence et pendant qu’il se réjouissait de l’arrivée de Zakaria Aboukhlal dans la tanière, Halilhodzic a ajouté qu’il était en contact avec au moins 3 joueurs binationaux en Europe. Ces jeunes joueurs disposeraient du profil recherché et seraient susceptibles de grossir les rangs des “Lions de l’Atlas” dans un avenir très proche.

Adam Massina

D’après certaine confidences, il s’agirait de l’arrière gauche de Watford Adam Masina, qui viendrait renforcer le couloir gauche.

Reste à savoir s’il réussira à se démarquer en profitant du génie de Ziyech avec ses centres au deuxième poteau. Pour l’heure, Masina n’a toujours pas repris la compétition depuis sa blessure cet été. Son retour est prevu pour le début de l’année prochaine, il aura donc suffisamment de temps pour retrouver sa forme.

Brahim Diaz

Le nom du milanais, Brahim Diaz, serait également sur la shortliste de Vahid Halilhodzic. Même Zidane serait ravi du rendement de son poulain prêté à l’AC pour accumuler du temps de jeu.

Comment ne pas l’être ? En neuf apparitions avec l’AC, Brahim Diaz a marqué trois buts et délivré une passe décisive. Il a livré de belles prestations et aidé activement son club dans son impressionnant début de saison en Seria A. 

Si c’est passé inaperçu du côté de Luis Enrique qui ne l’a pas retenu dans sa Roja, ce n’est peut être pas le cas du côté du Vahid Halilhdozic, à l’affut du moindre joueur pouvant répondre à ses exigences et assimiler sa philosophie.

Kays Ruiz-Atil

Ayant déja fréquenté le centre de Maâmoura avec les Lionceaux cadets, le jeune Kais Ruiz est un nom qui pourrait figurer sur la shortliste de Vahid tant il brille périodiquement avec le Paris Saint-Germain et ses grandes stars.

Toujours en apprentissage et malgré des débuts plutot difficiles, Kays Ruiz-Atil, 18 ans, profite de chaque occasion donnée par Tuchel pour engranger du temps de jeu, de la confiance et de l’expérience.

Comme nous l’avons écrit dans un article précédent, Kays pense à la sélection nationale du Maroc et à ses Lions de l’Atlas. Le joueur est intervenu dans un live Instagram pour demander le prix du maillot du Maroc. Preuve suffisante que cette tunique ne le laisse pas indifférent. Il sera le bienvenue chez lui à condition de poursuivre sa progression et de passer outre les considérations contractuelles parfois lourdes sur les épaules.

Mohamed Ihattaren

Enfin, après l’ingérence du Covid et ses deux forfaits, Mohamed Ihattaren tarde à faire ses débuts tant attendus aux Pays-Bas avec les Oranjes.

A priori, le joueur a fait son choix définitif à 16 ans quelques semaines après le décès de son père et il était destiné à faire ses débuts avec Koeman en mars 2019. Seulement, le Covid-19 s’est invité pour prolonger le suspens en reportant sa première convocation avec la sélection néerlandaise.

Pendant ce temps, le jeune homme a grandi et avec lui ses convictions et ses doutes. Au mois de septembre, sa première convocation sous les ordres du sélectionneur intérimaire, a été un tournant dans sa jeune carrière. Alors qu’il était convaincu d’avoir fait le bon choix, Ihattaren réalise qu’il n’est pas aussi important qu’on lui a fait croire. Son masque est tombé alors qu’il était assis dans la tribune au lieu de fêter fièrement ses débuts internationaux avec les Oranjes.

Depuis cet épisode, le doute a envahi Ihattaren accentuant sa première hésitation lorsqu’il a déclaré forfait en octobre à deux jours du rassemblement prétextant avoir été touché avec son club. La semaine dernière et alors qu’il était attendu dans le groupe des 25 retenus par de Boer, il annonce des maux à l’estomac et s’excuse de ne pas pouvoir honorer sa convocation.

Par expérience dans un tel cas de figure, on peut estimer que l’hésitation profite au Maroc à 90%. Plusieurs joueurs indécis ayant déclaré forfaits avec leurs pays adoptifs respectifs, ont fini par choisir le Maroc. L’exemple le plus significatif, et ça doit être une référence pour Ihattaren, est le cas Hakim Ziyech, pour ceux qui s’en rappellent.

Et bien d’autres

Parmi les plus intéressants, Imran Louza qui a déja côtoyé Vahid Halilhodzic lorsque ce dernier était le coach du FC Nantes. Le milieu de terrain était chez les jeunes mais les deux hommes se connaissent un peu et nul doute que son nom figure dans la fameuse shortliste bien plus importante.