Mohamed Katir

Mohamed Katir est l’un des noms en forme de l’athlétisme espagnol. L’athlète d’origine marocaine a battu en un mois seulement les records espagnols du 1500, 3000 et 5000m, provoquant l’enthousiasme de certains qui applaudissent ses exploits et la méfiance de ceux qui remettent en question ses performances.

Parmi ces derniers figure l’ancien athlète espagnol, Isaac Viciosa, ex détenteur du record d’Espagne du 3.000 mètres jusqu’à ce que Katir ne le lui arrache mardi dernier. Dans une interview, Viciosa a remis en question la performance de Katir étant donné le court espace de temps entre ses exploits au niveau local. 

Je trouve peu de similitudes. Il a été battu par un athlète avec peu d’histoire internationale et c’est pour moi la grande surprise et cela m’a plus intrigué. Ce record, même après moi, était détenu par Manolo Pancorbo, Fermín Cacho, Enrique Molina , José Luis González … Athlètes qui ont atteint des sommets en matière d’entraînement, de nutrition et de récupération. Maintenant arrive un athlète qui, en un mois, a battu trois records alors qu’il est sans palmarès, bien qu’ayant du potentiel et de la projection, me laisse quelque peu perplexe.”

Cependant, les déclarations les plus controversées de Viciosa surviennent lorsque l’espagnol a regretté que son record a été battu par un marocain portant un nom arabe. 

“C’est un athlète que j’ai mis en quarantaine, je veux attendre pour qu’il démontre ses records aux Jeux Olympiques et qu’il confirme qu’il est totalement propre. Je pense qu’après 50 ans, je peux me permettre le luxe d’être critique. Et une autre chose qui n’est peut-être pas politiquement correcte mais que je voudrais dire, c’est que j’aurais aimé que mon record soit battu par un athlète portant des noms de famille castillans”.

Les mots de Viciosa sont parvenus aux oreilles de Katir lui-même, qui a rapidement répondu à l’ancien athlète via son compte Instagram avec une réponse applaudie. 

Pour ceux qui ne savent pas de qui est le nom de famille, c’est un grand homme d’origine marocaine. Ma grande motivation, un exemple à suivre, mon grand-père Mailud Katir. Cet homme a dû travailler dur depuis qu’il a 5 ans, il a souffert dans la vie pour des problèmes de guerre. Vous pouvez maintenant rassembler toute la vieille école, il n’y a aucune comparaison avec cet homme. C’est un honneur de porter votre nom de grand-père , ce n’est que le début. Donnez-moi un an de plus, croyez-moi . Je vais m’entraîner, à tout de suite ” .

Le secrétaire d’État aux Sports, José Manuel Franco , a également voulu prendre la défense de Katir après les déclarations de Viciosa et la propre réponse de l’athlète. Depuis le CSD, nous parions et travaillons pour que le sport espagnol favorise des espaces de tolérance, d’égalité, d’inclusion et de coexistence. Nous avons les meilleurs athlètes qui défendent un pays ouvert, tolérant et solidaire.”