Image lionsdelatlas par défaut

Le sélectionneur du Togo Claude Le Roy, qui va disputer sa 9e CAN au Gabon, a fustigé l’état de la pelouse du stade d’Oyem, encore en travaux à ses abords à la veille des premiers matches du groupe C, dimanche en conférence de presse.

” C’est la premiére fois que je vois des +ralentisseurs+ sur un terrain. Il y a un quart de terrain avec des ralentisseurs dessus, ce n’est pas pour favoriser la vitesse du foot. C’est une premiére dans le football international”, a ironisé Le Roy, avant l’entrée en lice de son équipe contre la Cote d’Ivoire. Outre la pelouse, les espaces extérieurs du stade d’Oyem, ville du nord proche du Cameroun et thé&acirctre de violences post-électorales en septembre, sont toujours en travaux, notamment les parkings, à J-1 des premiers matches du Groupe C. Claude Le Roy, qui s’apprête à disputer avec le Togo sa 9e CAN, un record, s’est également plaint des conditions d’accueil de son équipe à son arrivée au Gabon. ” A notre arrivée à Libreville, on nous a gentiment fait attendre 5 heures à l’aéroport avant de partir sur Oyem, sans servir un repas aux joueurs à trois jours d’un match, ce qui n’est pas très gentil. Et il a fallu qu’on loue une voiture pour venir ici. Autrement à Bitam (environ 70 km au nord d’Oyem) on est bien, dans un hotel correct o&ugrave tout le monde fait le maximum pour nous aider”, a-t-il encore raconté. Le Togo, dernier qualifié pour la compétition, affrontera la Cote d’Ivoire, tenante du titre, lundi. Jeune Afrique