Anass Zaroury

Comme pour Bilal El Khannouss, tout a été très vite pour son compatriote et désormais comparse de la tanière, Anass Zaroury. Le néo-Lion de l’Atlas est arrivé était à Charleroi avant de démanger cet été à Burnley enrôlé par Vincent Kompany, actuel coach du club anglais.

Depuis son arrivée en Angleterre, Anass Zaroury a multiplié les exploits, tous relatés par notre rédaction qui a accéléré sa médiatisation au Royaume au point de taper dans l’oeil du sélectionneur national, Walid Regragui. En 14 matchs en Championship, Anass a inscrit 6 buts et délivré 2 passes décisives. Assez pour qu’il coiffe des Lions de l’Atlas confirmés tels que Ayoub El Kaabi, Ryan Mmaee ou encore Munir El Haddadi. L’ancien carolo profite donc du forfait sur blessure d’Amine Harit pour réaliser son rêve de participer au Mondial passant des U21 belges à l’équipe nationale du Maroc.

Je suis très heureux et honoré de pouvoir défendre les couleurs du Maroc durant la meilleure compétition du monde. Je tiens à remercier mes proches, ma famille et les supporters Marocains pour leurs immense soutien. Sans oublier le coach pour la confiance et de m’avoir donné l’occasion de réaliser un rêve d’enfant“, a écrit Anass Zaroury sur son compte Instagram.

Son ancien sélectionneur chez les Diablotins, Jacky Mathijssen. n’a pas tenté de l’empêcher de choisir le Maroc : “C’est particulièrement fantastique pour ce garçon. Je ne lui ai plus parlé de sa naturalisation, cela ne servait à rien, car sa décision était prise. J’attendais juste l’officialisation.”

La Belgique a perdu deux de ses prodiges en faveur du Maroc mais elle reste très sportive en souhaitant à ses Lions endiablés du succès avec leur pays de leur choix. Une sportivité à saluer contrairement à celle des néerlandais, plus virulents et limites racistes dans leurs propos lorsqu’un de leurs binationaux opte pour le Maroc.