Walid Regragui

Le sélectionneur des Lions de l’Atlas, Walid Regragui était présent ce lundi matin dans la salle de conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes avant le choc face à l’Espagne qu’il connait assez bien pour avoir évoluer en Liga avec le Real Santander.

Ne voulant pas se mettre de pression inutile, Regragui s’est dit conscient de l’énorme défi qui attend l’équipe du Maroc ce mardi à Education City. C’est également le sentiment partagé par son adversaire Luis Enrique qui estime que ce “derby” ne sera pas des plus faciles pour sa Roja. 

Ce sera un match difficile, car c’est l’un des favoris pour remporter la Coupe du monde“, a reconnu Walid Regragui lors de la conférence de presse précédant le huitième de finale au Qatar.

“Ce match est très difficile pour nous, nous affrontons l’une des meilleures équipes du monde”, a rappelé Regragui, 47 ans, qui a pris ses fonctions d’entraîneur il y a un peu plus de trois mois. 

Nous pouvons entrer dans l’histoire. Cela vaut la peine de donner le maximum et de ne pas avoir de regrets. C’est le match le plus important de notre histoire mais il faut aussi qu’on minimise ce match, pour ne pas le rater“, a-t-il dit, avant d’ajouter : “Il faut comprendre : je n’ai pas dit qu’on allait gagner la Coupe du monde même si c’est notre souhait. Mais il faut oser rêver. Si nous nous disons que nous ne pouvons pas, alors comment pouvons-nous réaliser nos rêves ? Il faut avoir cette ambition.”

Et d’insister pour mettre toute la pression sur son prochain adversaire : “L’Espagne est l’une des favorites pour remporter la Coupe du monde. Ce serait une grande surprise si nous gagnions, mais nous allons essayer. Ici, pour nous, chaque match est une finale. Ce sera notre quatrième finale ici” a glissé le sélectionneur marocain lors de la conférence de presse officielle de la FIFA qui s’est déroulée ce lundi à Doha.

Il poursuit dans ce sens : “On connaît l’école du football espagnol, on a des joueurs qui jouent en Espagne, un pays cher aux Marocains, on aime le football espagnol. Ce que j’aime, c’est la culture footballistique de ce pays. Cette équipe joue de la même manière depuis 15-20 ans, avec une possession élevée, tiki-taka, avec des joueurs toujours talentueux au milieu de terrain. Ils veulent le ballon, ils ne le laissent pas à l’adversaire et leur comportement ne change jamais sur un terrain.”

Et de poursuivre : “Nous pouvons entrer dans l’histoire. Cela vaut la peine de donner le maximum et de ne pas avoir de regrets. C’est le match le plus important de notre histoire mais il faut aussi qu’on minimise ce match, pour ne pas le rater Il faut comprendre : je n’ai pas dit qu’on allait gagner la Coupe du monde même si c’est notre souhait. Mais il faut oser rêver. Si nous nous disons que nous ne pouvons pas, alors comment pouvons-nous réaliser nos rêves ? Il faut avoir cette ambition.”

Le Maroc est le dernier pays africain dans la compétition, Regragui en est conscient et sait que son équipe fera tout pour rendre fiers les peuples marocain, arabe et africain. “Être le dernier pays africain ? Nous n’avons rien à perdre. Nous nous battrons avec une attitude guerrière. Nous lèverons notre drapeau pour notre pays, les Africains et les Arabes. J’espère que nous aurons leur soutien demain“, a-t-il déclaré.