Herve-renard-mehdi-benatia

Les Lions de l’Atlas du Maroc terminent en toute beauté les qualifications à la CAN Gabon 2017 en dépit de leur dernière victoire en demi teinte contre Sao-Tome-et-Principe (2-0) lors de la 6ème et ultime journée des éliminatoires.

Ce qu’il faut retenir du parcours éliminatoires est que le principal a été réalisé dès la 4ème journée et que les Lions de l’Atlas terminent avec 5 victoires et 1 nul, 1er du groupe, 10 buts marqués, 1 seul but encaissé.

De quoi se tourner vers le futur avec un capital-confiance suffisant pour aborder sereinement les prochaines échéances comme les qualifications à la coupe du monde 2018 avec un premier match qui s’annonce assez difficile contre le Gabon à l’extérieur au mois d’octobre, et ne pas oublier la CAN 2017 qui approche à grand pas en janvier.

A cette confiance, l’équipe nationale du Maroc doit absolument lui associer un état d’esprit solide prenant parfaitement bien conscience de l’enjeu afin de permettre au Royaume Chérifien d’éviter de nouvelles débâcles tout en renouant avec la culture de la victoire.

Cependant, des doutes subsistent toujours au niveau de l’effectif depuis le match contre Sao-Tome-et-Principe, le choix des joueurs et la prestation globale étaient loin d’être parfaits selon l’avis des supporters.

Ce qui est tout à fait compréhensible au vue de la prestation fournie à Rabat. Nous y voilà, le problème réside aussi du fait que chez les supporters marocains, les exigences sont très fortes. Nous comprenons, mais nous disons aussi qu’il faut continuer à soutenir cette équipe dans les bons et mauvais moments.

Un point sur lequel la majorité des supporters est d’accord concerne le soutien au sélectionneur, Hervé Renard. Un point positif qui s’ajoute aux résultats obtenus depuis son arrivée à la tête des Lions de l’Atlas.

Tout le monde est conscient des enjeux et de la difficulté du chantier. Malgré l’absence momentanée d’un attaquant efficace devant le but, les autres postes sont bien pourvus.

L’intégration des jeunes qui ont effectué leur début contre STP réclame du temps pour accumuler les expériences. Mais cela va venir Incha’Allah avec du travail et de la persévérance, d’autant que ces jeunes Lions sont prometteurs aux yeux des observateurs.

Lors de la dernière rencontre à Rabat, bon nombre de supporters étaient mécontents de l’attitude et du comportement de quelques joueurs. Manuel Da Costa, Hakim Ziyech ou encore Oussama Tannane étaient très loin de leur niveau et de l’état d’esprit qu’ils affichent au sein de leurs clubs respectifs.

Manque de combativité, désinvolture, nonchalance ! Telles sont les qualificatifs qui ont accompagné les critiques à l’égard de ces cadres crédités d’une piètre prestation face à un modeste adversaire. Il y a encore du travail à fournir de la part de toutes les composantes. Celui de Renard commence à porter ses fruits au vue des résultats des Lions de l’Atlas depuis son arrivée (4 victoires, 2 nuls) mais nécessite du temps pour former une grande ossature.

L’idée est bonne en continuant à faire confiance à des joueurs d’expériences (Benatia, El Ahmadi, Dirar, Da Costa.) combinés à des jeunes joueurs (Ziyech, Aït Bennasser, Ennesry, Lazaar, Saïss, Hakimi, Mendyl) afin de mieux préparer le futur qu’on espère le plus radieux possible pour notre sélection Incha’Allah.

Nous disposons également d’un coach qui a du charisme et qui a soif de victoires. Un technicien qui a du caractère et qui veut des guerriers sur le terrain. C’est ce qu’on voulait pour cette équipe nationale.
C’est aussi un coach qui a une grande expérience en Afrique. Les 2 CAN gagnées avec la Zambie en 2012 et la Côte-d’Ivoire en 2015 ne sont pas le fruit du hasard.

Cependant, que notre soutien ne nous prive pas de notre liberté de donner notre point de vue sur chaque match. Des critiques objectives sur le résultat, la prestation, l’état d’esprit et le coaching qui n’empêcheront pas le sélectionneur de travailler.
Tous avec les Lions de l’Atlas de Hervé Renard