Image lionsdelatlas par défaut

A qui profite toute la spéculation sur l’avenir de Hervé Renard à la tête des Lions de l’Atlas ? Aux adeptes de la fitna, aux médias qui se donnent à cœur joie pour entretenir le doute mais aussi à l’intéressé lui même qui, via ses agents, pourrait profiter du doute installé afin d’obtenir une augmentation de salaire.

Hervé Renard a pour l’instant atteint tous les objectifs fixés en accord avec la FRMF qui a prolongé son contrat l’année dernière jusqu’au prochain Mondial Qatar 2022. Ce qui signifie qu’il ne sert strictement à rien de spéculer sur son avenir alors qu’il s’est engagé pour conduire les Lions de l’Atlas à la CAN 2019 et à la CAN 2021 avant de se focaliser sur sa deuxième Coupe du Monde. Ceux qui connaissent Hervé Renard savent comment il fonctionne ! Le technicien français n’est pas du genre à confier ses projets d’avenir à la presse, et encore moins après une élimination injuste de la Coupe du Monde. Rappelez vous que l’Algérie avait déjà essayé, après l’élimination du Maroc de la CAN 2017, avec des rumeurs identiques allant même jusqu’à parler d’un accord trouvé avec la FAF. On se souvient aussi que le sélectionneur du Maroc avait laissé planer le doute avant que Fouzi Lekjaa ne nous annonce la prolongation de son contrat jusqu’en 2022 avec une revalorisation salariale. Que les fans des Lions de l’Atlas se rassurent quant à la stabilité et la pérennité de leur sélection tant que le président de la FRMF, Fouzi Lekjaa, en est garant. Hervé Renard n’envisage nullement de changer d’air et n’a conclu aucun accord avec l’Algérie, le Japon ou l’Egypte. Il est simplement très déçu comme les 36 millions de supporters marocains avec lesquels il partage sa frustration face à l’injustice dont a été victime sa formation durant ce Mondial 2018.   “Nous savourons l’instant présent. C’est le plus important”, a-t-il déclaré en conférence de presse après le nul obtenu face à l’Espagne histoire de faire comprendre que la question sur son avenir avec les Lions n’est pas à l’ordre du jour. “Nous avons le temps de nous tourner vers l’avenir. ” ajoutera-t-il sans préciser qu’après cette Coupe du Monde, les Lions de l’Atlas et lui même reprendront les éliminatoires pour la CAN 2019 qu’il compte bien marquer de sa griffe. “Maintenant, laissons les matchs se terminer. Regardons la Coupe du monde avec des yeux grands ouverts. ” autrement dit, arrêtons la spéculation “Et je suis sûr que nous assisterons à une compétition exceptionnelle. ” a-t-il poursuivi avant de conclure à ce sujet, “À l’heure où je parle, c’est ça le plus important ”, pas son avenir qui le tracasse beaucoup moins.   Certes, ses propos laissent le champ libre à toutes les interprétations, chose qui pourrait être profitable à l’un ou l’autre, mais l’important est de retenir que l’avenir de Hervé Renard préoccupe davantage les brebis galeuses du Maroc et une bonne partie de la presse algérienne qui ont réussi à semer le doute, encore une fois, dans l’esprit d’une partie de supporters marocains. Sportivement et déontologiquement parlant, Hervé Renard ne quittera pas les Lions de l’Atlas pour devenir sélectionneur des Fennecs. Le sélectionneur des Lions de l’Atlas ne garde pas de bons souvenirs avec l’USM d’Alger et ses cadres. Il est peu probable qu’il soit disposé à etre de nouveau accuser de venir en Algérie juste pour se faire de la pige ! Sa séparation avec le club d’Alger ne s’était pas déroulée à l’amiable et l’on se rappellera de la déclaration de l’ex directeur administratif de l’USMA, Mouldi Aïssaoui, qui avait qualifié Hervé Renard de « simple entraîneur venu en Algérie pour bronzer aux frais de la princesse».  L’ex-président de l’USM Alger avait vivement critiqué le technicien français estimant qu’il «n’a rien apporté de plus au club, et que son travail laissait vraiment à désirer» On se souviendra aussi des propos de son adjoint algérien et cadre de l’USMA, Houcine Achiou, qui répète encore à ce jour que « Hervé Renard n’est pas un grand entraîneur, j’ai travaillé avec beaucoup d’entraîneurs. Regarde, il a entraîné des clubs en France et il n’a pas réussi, donne moi la Cote d’Ivoire et je te gagne 4 CANs “ressasse Achiou écarté du USMA avant le départ de Renard. « Posez la question à Hervé Renard. Je ne dis pas «l’entraîneur Hervé Renard”car il n’a rien à voir avec le football. C’est lui qui m’a écarté de l’USMA et je n’en connais pas la raison. C’est lui qui, usant de ses prérogatives, a donné des instructions pour qu’on m’écarte. Ce que je peux dire, c’est que Renard m’a appelé pour dire : Houcine, c’est moi qui me suis opposé à ton maintien au club. “peut-on lire dans une interview de Houcine Achiou datant de 2012 (ici). Le moins que l’on puisse dire c’est que le très médiatique Houcine Achiou n’a pas du tout digéré la décision de Renard, comme il l’exprime dans la vidéo ci-dessous datant de 2017. Dans une autre vidéo (ici) Achiou avoue qu’il ne veut pas de Hervé Renard comme sélectionneur des Fennecs. Le FOX est prévenu. Les rapports tendus Maroc-Algérie, sa courte expérience avec l’USMA, l’hostilité des anciens comme Achiou, les incertitudes et le manque des conditions favorables rendent le fantasme actuel des algériens totalement loufoque et irréalisable car, à moins qu’il ne soit suicidaire, Hervé Renard ne mettra jamais un terme à son contrat avec la FRMF pour rejoindre des Fennecs amorphes, des conditions d’autres temps, une presse fort critique et une FAF enclin à des luttes internes entre les pros Zetchi et les nostalgiques de Raouraoua.