Image lionsdelatlas par défaut

“Aujourd’hui le football est un sport universel et je crois que la couleur de la peau n’a pas d’importance” a déclaré AliouCissé aux journalistes, le seul Noir à diriger l’un des 32 pays du Mondial 2018, malgré la prédominance des joueurs noir.

Pour les militants pour l’égalité, la disparité raciale au sein de de la Coupe du monde est évidente et décourageante. En Angleterre, en France et aux Pays-Bas, les professionnels des minorités ethniques et noires représentaient seulement 3 % des coach en 2014, selon une étude à grande échelle commandée par l’association Football contre le racisme en Europe (FARE). “Les grandes ligues européennes sont responsables de cela. Ils ont des antécédents de joueurs noirs mais pas de soutien pour les encourager à devenir entraîneurs. C’est le vieux préjugé que les athlètes noirs sont considérés comme de bons interprètes, mais pas des leaders”, explique Piara Powar, directrice générale de Fare. “Les dirigeants noirs luttent contre des siècles de préjugés, de racisme scientifique qui était autrefois utilisé pour justifier l’esclavage. Et une fois qu’il a été intégré dans le football européen, ce racisme s’est étendu à d’autres régions comme l’Afrique, où l’embauche de gestionnaires européens blancs est très commun, en particulier les vétérans qui finissent par entraîner deux pays ou plus dans la région”, ajoute-t-elle. https://www. bbc. com/afrique/sports-44563292?ocid=socialflow_twitter