Image lionsdelatlas par défaut

FIFA. com s’est entretenu avec Boussoufa pour l’interroger sur les chances du Maroc à Russie 2018 et son retour dans un pays où il a passé six saisons en jouant pour Anzhi Makhachkala puis Lokomotiv Moscou, avant de faire ses valises pour Abu Dhabi en 2016.

FIFA. com: Quelle est votre opinion sur le tirage final pour la Russie 2018? Quelles sont les chances du Maroc contre le Portugal, l’Espagne et IR Iran? Mbark Boussoufa: C’est un groupe difficile mais nous devons faire de notre mieux. L’équipe sera prête à faire une bonne performance. Nous allons rencontrer de grandes équipes et nous savons à quoi nous attendre. Nous allons juste devoir attendre et voir ce qui se passe. Quels objectifs avez-vous à Russia 2018? Si nous ne visons pas une place au deuxième tour, nous ferions mieux de rester à la maison. Nous n’allons pas à la Coupe du Monde juste pour participer mais pour montrer ce dont nous sommes capables. Nous allons faire tout ce que nous pouvons pour passer le premier tour. Quel est ton point de vue sur ton match d’ouverture contre Iran? Iran ne sera pas des adversaires faciles. Les Iraniens ont terminé premiers de leur groupe dans les qualifications asiatiques et ont laissé très peu de buts. Tout le monde se concentrera sur la compétition et encore plus sur ce groupe. Nous devons être prêts à affronter n’importe quelle équipe, du premier au dernier. Le match d’ouverture va être décisif pour ce qui nous attend. Vous n’aviez que deux ans quand le Maroc a réalisé sa meilleure performance en Coupe du Monde à Mexico en 1986. Que retenez-vous de cette compétition? Il y a beaucoup de bonnes histoires à propos de cette équipe de 1986. C’était l’une des plus belles générations du football marocain. Ils ont atteint le deuxième tour mais ont perdu de justesse à l’Allemagne de l’Ouest (à un but marqué à la 88e minute). Ce fut une belle performance pour le Maroc, et même si je ne me souviens pas de la compétition, je connais les joueurs. J’ai vu les photos et les vidéos, et j’ai rencontré certains des joueurs de l’époque, comme Aziz Bouderbala, qui est actuellement dans l’équipe nationale. Le Maroc a battu le Portugal 3-1 à Mexico en 1986. Pouvez-vous produire la même performance cette année? C’est difficile à dire car le Portugal est champion d’Europe et possède l’un des meilleurs joueurs du monde. Ils sont un très bon côté et ils ont un bon entraîneur. Ce sera un jeu différent de celui au Mexique. Sur le papier, ils sont meilleurs que l’équipe de 1986, mais nous verrons ce qui se passera. En tout cas, nous serons prêts à affronter n’importe qui. Quels souvenirs gardes-tu de France 1998, dernière apparition de la Coupe du Monde au Maroc? Je m’en souviens bien même si je n’avais que 13 ans à l’époque, et je me souviens encore des exploits de Mustapha Hadji et de Salaheddine Bassir, bien qu’ils n’aient pas réussi à atteindre le second tour. Hadji est maintenant un assistant de l’entraîneur-chef de l’équipe nationale et partage son expérience avec nous. Évidemment, nous avons regardé des vidéos de cette équipe. Vous avez affronté le capitaine du Portugal Cristiano Ronaldo et plusieurs membres de l’équipe d’Espagne lors de la Coupe du monde des clubs de l’an dernier. Cela vous a-t-il donné un avant-goût de ce à quoi s’attendre contre le Portugal et l’Espagne? La Coupe du Monde est une compétition différente, même si le Real Madrid est l’un des meilleurs clubs du monde. Vous ne pouvez pas toujours utiliser les performances des clubs pour prédire ce qui va se passer dans les internationaux. Cristiano Ronaldo est un champion incroyable, mais c’est une histoire différente avec l’équipe nationale. Vous avez joué en Russie pendant six saisons. Quelle est votre vision de cette expérience? J’ai passé six merveilleuses années à Moscou. C’est une belle ville et l’une des plus grandes d’Europe. La ligue russe est l’une des meilleures aussi. À l’époque, il y avait huit clubs qui se battaient pour le titre, avec également de grands joueurs étrangers. J’ai beaucoup appris sur le plan personnel et professionnel. Quelles sont vos attentes de Russie 2018? Le pays a beaucoup investi dans le football ces dernières années et a fait de gros efforts pour développer ce sport. Personnellement, je suis ravi que la Coupe du monde se déroule en Russie pour soutenir le football russe. Peux-tu nous en dire plus sur ton surnom, “Le Roi des Aides”? Je l’ai eu en Belgique, parce que j’avais beaucoup d’assistances chaque saison là-bas. J’aime marquer mais mettre en place d’autres joueurs est ce que je suis le meilleur. Je trouve ça bien plus agréable que de me marquer. J’espère m’installer beaucoup en Russie. En parlant de votre don pour le don, vous avez une fondation en votre nom. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet? Nous avons mis en place la fondation quand j’étais en Belgique pour aider les personnes dans le besoin. Beaucoup de gens n’ont pas la chance d’être des joueurs de football comme nous et nous devons les aider. J’ai grandi dans une société qui encourage les gens à aider les autres, et c’est aussi à cause de mes croyances religieuses que j’aime les autres et que je veux les aider. J’espère pouvoir aider avec un certain nombre de projets humanitaires à l’avenir. Les matchs du Maroc en Russie 2018: Maroc-IR Iran (vendredi 15 juin, stade de Saint-Pétersbourg, Saint-Pétersbourg, 18h00 heure locale) Portugal-Maroc (mercredi 20 juin, stade Luzhniki, Moscou, 15h00 heure locale) Espagne-Maroc (lundi 25 juin, Kaliningrad Stadium, Kaliningrad, 20h00 heure locale) En savoir plus sur le Maroc ici .