Vahid Halilhodzic

A l’heure actuelle, la FRMF n’a toujours pas réussi à trouver un accord pour faciliter le départ du très contesté sélectionneur des Lions de l’Atlas, Vahid Halilhodzic. Ce dernier s’accroche littéralement à son poste et reste persuadé qu’il dirigera les Lions de l’Atlas au Qatar, de gré ou de force.

Fouzi Lekjaa, qu’on croyait fin stratège, souhaiterait donner un souffle nouveau à la tanière mais Vahid Halilhodzic ne compte pas lui faciliter la tâche. Force est de constater que le président de la FRMF s’est mis dans une situation très fâcheuse avec le bosnien de 69 qui n’entend pas quitter son poste et qui refuse un compromis de quelques mois de salaire pour entériner son départ.

Plus que jamais indésirable, le technicien bosnien fait valoir ses droits contractuels en réclamant un joli pactole à la FRMF. Initialement sous contrat jusqu’en 2023, son bail a été automatiquement prolongé jusqu’en 2024 après la qualification à la Coupe du Monde selon une clause dans son contrat.

Vahid Halilhodzic ne compte faire aucun cadeau à la FRMF.

D’après notre source, Vahid Halilhodzic ne bougera pas de la tanière s’il ne perçoit pas la totalité de ses indemnités. Son avocat réclamerait plus de 40M de Dirhams, soit 4 millions d’euros d’indemnité de départ pour lâcher l’affaire et par la même occasion, laisser la tanière tranquille.

L’on sait que la trésorerie de la FRMF est au plus mal et comme si ça ne suffisait pas, Vahid Halilhodzic en remet une couche en réclamant le maximum pour libérer son poste. De quoi présager une préparation à la Coupe du Monde forcement tronquée à cause d’un technicien indésirable qui imposerait sa présence à tout un pays.

Action – réaction

Pour l’heure, Vahid refuse tout compromis financier avec la FRMF. Une manière musclée pour convaincre l’instance marocaine de lui faire encore confiance ou pousser carrément cette dernière à prendre une mesure radicale et unilatérale pour espérer toucher l’intégralité de ses salaires.

Dans un tel contexte, on imagine mal une collaboration sereine et cordiale. Fouzi Lekjaa et sa FRMF ont forcement envisagé ce cas de figure avec Vahid Halilhodzic et nul doute que les négociations se poursuivront avec l’optique de trouver un compromis pour finaliser son départ. C’est par ailleurs la seule explication de la présence d’André Villas-Boas au Maroc et ses visites à Maâmora pour prendre la température du banc.

PS : Je suis prêt à mettre de l’argent de ma poche pour sauver notre Mondial. Si la FRMF a besoin d’argent, qu’elle crée une cagnotte, j’y participerai avec grand plaisir (Said)