Munir_Lion

Munir El Haddadi ne vit pas son meilleur moment à Séville. L’international marocain a disparu des radars depuis début avril. Cependant, son année a été personnellement enrichissante.

Le Lion de l’Atlas a marqué des buts importants pour Séville et même avec la sélection nationale du Maroc. Il est heureux de ses débuts pour le Maroc après que la FIFA l’ait autorisé à changer de nationalité sportive.

De plus, le natif d’El Escorial assure qu’il n’aurait pas accepté de jouer pour l’Espagne s’il n’avait pas pu jouer avec le Maroc. Il raconte même que Luis Enrique l’a appelé cette année et qu’il a décliné son invitation.

Je me sens marocain, je sais que, entre guillemets, j’ai déçu (les espagnols). Si je n’avais pas pu jouer pour le Maroc, si l’Espagne m’avait appelé, je ne serais pas parti“, a déclaré l’attaquant dans une interview à Movistar dans laquelle il assure que Luis Enrique l’a appelé cette saison pour le consulter.

Avant de jouer contre le Bayern Munich (en Super Coupe), Luis Enrique m’a appelé et m’a dit que j’avais une chance d’être convoqué. Mais je lui ai répondu que mon intention n’était pas d’y aller et que je voulais porter le maillot marocain“, a-t-il affirmé.

Munir assure même qu’il a subi des pressions en 2014 alors qu’il portait le maillot de l’équipe espagnole alors qu’il était les U21. “Celades m’a appelé et m’a dit que je devais partir avec l’équipe senior, que Diego Costa avait été blessé. J’ai dû prendre la décision à l’époque, j’en suis venu à pleurer sous la pression, je n’étais pas sûr de le faire. Quand tu es jeune, tu veux juste jouer au football. Vicente (Del Bosque) m’a appelé et m’a dit d’en profiter, et je pense que c’est ça qui m’a permis de jouer ces minutes“.

L’attaquant ajoute que le moment le plus heureux de la saison a été quand on lui a dit qu’il pouvait jouer pour le Maroc. “Je n’y croyais pas. J’étais ému aux larmes. Quand j’ai joué et que je suis entré sur le terrain, j’ai enlevé cette pression et tout ce que j’ai enduré pour être là m’est venu. Je suis content que ce changement.