Image lionsdelatlas par défaut

Le Maroc peut faire valoir d’innombrables atouts qui font de sa candidature au Mondial 2026 un dossier sérieux et compétitif.

De la proximité géographique avec l’Europe à la ferveur du public, en passant par la mobilisation de tout un pays derrière un rêve, le dossier «Maroc 2026″présente de nombreux avantages.   Proximité géographique avec le centre du monde du football À seulement une quinzaine de kilomètres du Vieux Continent, le Maroc est aux portes de l’Europe. Une proximité géographique avec le centre du football mondial. Là où le football de très haut niveau se joue. À quatre heures de vol de la destination la plus au nord de l’Europe, le Maroc offre un avantage significatif aux supporters européens, désireux d’assister aux matchs, qui n’auront pas besoin d’endurer les longues heures de déplacement en long courrier. D’autres, encore plus proches, comme les Européens du sud du continent par exemple, pourraient même assister à chacun de leurs matchs en faisant le déplacement à chaque fois.   La passion des Marocains pour le ballon rondLa ferveur du public marocain est également un sérieux atout. Quand il s’agit de football, aucune autre activité ne mobilise autant le public national. Lorsque les Lions de l’Atlas disputent des matchs, les cafés sont littéralement pris d’assaut et les rues sont désertées. Mais cet engouement n’est pas limité à la seule équipe nationale. Les grands matchs font tout autant recette, comme lors des Clasicos espagnols ou les derbies italiens ou anglais. Le Championnat d’Afrique des nations, organisé récemment dans quatre villes du Royaume, a connu une présence sur les gradins supérieure en moyenne à ce qui se faisait dans les quatre éditions précédentes.     Le fuseau horaire accessible à 60% des nations participantesLa proximité géographique du Maroc avec l’Europe offre un autre atout. En effet, le Maroc adopte l’horaire universel, ce qui ne laisse qu’un décalage d’une à deux heures avec les principales capitales de la région. Du coup, les matchs de la Coupe du monde 2026 seraient diffusés en «Prime Time”dans une grande partie des pays de la région. Tout le monde se souvient de la Coupe du monde 2002 co-organisée par le Japon et la Corée, où les fans du football devaient régler leur réveil aux premières heures de l’aube pour pouvoir suivre les rencontres, bien que le Maroc n’était pas présent au rendez-vous planétaire.   Une destination de rêve Le Maroc est l’une des meilleures destinations touristiques en Afrique, grâce notamment à sa situation géographique, à ses remarquables liaisons aériennes au niveau international et sa richesse culturelle. L’infrastructure touristique qui ne cesse de s’enrichir, permet au Royaume de présenter une offre vaste et très diversifiée en matière d’hébergement et répondre ainsi aux attentes et aux exigences de toutes les populations de la Coupe du monde de la FIFA. En 2017, le Maroc a attiré un nombre record de 11,3 millions de touristes, soit une augmentation de plus de 10% par rapport à l’année précédente. Ce chiffre est supérieur à celui de plusieurs pays hôtes des précédentes Coupes du Monde, comme l’Afrique du Sud (10 millions de touristes en 2016) et le Brésil (6,5 millions en 2016). La capacité hôtelière du Maroc a été multipliée par 2,5 depuis la dernière candidature présentée en 2003, avec une offre de 110. 000 chambres en 2017, dont environ 95. 000 dans les 12 villes hôtes proposées.     L’accueil chaleureux de la part de la populationAvec plus de 11 millions de touristes en 2017, le Maroc est l’une des destinations les plus prisées, avec chaque année un nouveau marché. Tous s’accordent sur un aspect fondamental : l’accueil que leur réservent les Marocains. Contrairement à ce qui se passe sous d’autres cieux, où il faut montrer patte blanche avant d’avoir la chance d’accéder au territoire, le Maroc est un pays ouvert à son prochain. La volonté d’échange, la tolérance vis-à-vis d’autrui et les valeurs nobles de la société marocaine en font une destination très agréable lors de la visite et surtout recommandable ensuite.     La sécurité hissée en haut des prioritésLe volet Sécurité constitue également l’un des points forts de la candidature marocaine. En effet, le Maroc est l’un des pays les plus sûrs au niveau international, avec un taux de délinquance particulièrement faible et une expérience reconnue à l’échelle mondiale en matière de lutte contre le terrorisme. Il offre ainsi un environnement idéal pour célébrer, en toute quiétude, le meilleur du football. Le gouvernement marocain, ainsi que l’ensemble des acteurs s’engagent au sujet de la sécurité en déployant une stratégie globale capable de gérer les différents risques : terrorisme, hooliganisme, sécurité des transports, groupes à risque, sécurité informatique et sécurité de l’infrastructure des systèmes.     Un réseau de transports performant Que ce soit pour le transport aérien, ferroviaire ou routier, le Maroc dispose d’un réseau de transport multimodal moderne, vaste et fiable qui répond aux critères internationaux les plus exigeants. Grâce à des investissements importants, le réseau aéroportuaire, vaste et fiable, peut assurer la desserte de toutes les villes hôtes. Au niveau international, Casablanca reste le principal hub avec des connexions vers 80 destinations internationales. La capacité nationale sera encore augmentée pour atteindre les 50 millions de passagers par an en 2026 pour répondre à la demande supplémentaire liée à la Coupe du Monde. Le Royaume peut également se targuer de disposer du réseau autoroutier le plus développé d’Afrique, avec 1 800 km de routes au standard international. Depuis 2010, le Royaume a fait construire en moyenne 100 nouveaux kilomètres d’autoroute par an. En 2026, chacune des Villes Hôtes proposées sera connectée à l’axe central autoroutier Marrakech – Casablanca – Tanger, qui se trouve au cœur du concept de mobilité terrestre pour la compétition. Le réseau ferroviaire représente également un atout fort pour le Maroc. Le dernier rapport sur la compétitivité mondiale du Forum économique mondial a d’ailleurs placé le Maroc en tête du classement africain en matière de qualité de l’infrastructure ferroviaire, soulignant la modernité et la sécurité de son réseau. Les futurs développements du dispositif de train à grande vitesse comporteront en particulier la création d’une nouvelle ligne entre Marrakech et Agadir en 2025.