65711736_2410632125663496_3018825649277108224_n

Le sélectionneur national, Djamel Belmadi, s’est exprimé, ce matin, au sujet de la rencontre capitale des Verts face à la Guinée pour le compte des huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations en conférence de presse d’avant-match.

Le coach des Verts a débuté :«La phase de poule est finie, certes avec succès, mais maintenant on passe dans un autre système avec des petites finales. C’est comme ça que je le présente aux joueurs.»

Le technicien de 43 ans a enchainé: «Le Maroc a été plus que bousculé puisqu’ils étaient sortis. C’est assez violent après un parcours sans faute, là ils font leurs bagages. S’il fallait qu’on soit encore plus avertis. mais on n’en a pas besoin. ».

L’ancien coach de la sélection du Qatar a poursuivi:«Beaucoup d’éloges sur notre parcours, c’est mérité mais ce qu’on s’est dit c’est que trop d’éloges rendent faible. Ça flatte l’ego deux secondes d’être désigné meilleur coach mais ce n’est pas ce qui me fait vivre.»

Et d’ajouter: «Nous ne sommes pas venus pour passer le premier tour ou atteindre les 1/8e, on est là pour un tout autre objectif, on en a suffisamment parlé. ».

Le sélectionneur algérien a expliqué: «On ne parle que de la Guinée, la Guinée a de meilleurs stats face à nous. Donc encore une fois c’est une nouvelle mise en garde. ».

Djamel Belmadi a enchainé: «Mon père n’est en soit un exemple dans ma carrière mais, un exemple de manière générale. Chaque enfant à ses parents comme modèle. Il est important pour les valeurs qu’il me transmet. ».

«Brahimi et Oukidja vont mieux »

L’ancien attaquant de Manchester City a comparé: «Le tournoi majeur que j’ai pu gagner avec le Qatar ressemble un peu à ce qu’on vit ici. Le Qatar n’avait jamais gagné la Coupe du Golf, ni hors de ses terres, ni contre l’Arabie Saoudite en 30 ans. Nous les avons battus en finale et le Qatar a changé. », il a ajouté: «Ce que l’on vit ici me rappelle ce qu’on a vécu en 2014 avec le Qatar. On arrive ici à la CAN après un parcours difficile ces dernières années. ».

Concernant l’élimination du Maroc, hier, en huitième de finale face au Bénin, Djamel Belmadi a expliqué: «Non, on n’a pas de pression particulière après l’élimination du Maroc. Dès qu’on a su qu’on jouait la Guinée on s’est préparé pour. Si on se fait éliminer c’est que la Guinée aura été meilleure. Pour nous battre la Guinée devra être très forte. ».

Au sujet de la situation physique des deux joueurs de la sélection Yacine Brahimi et Alexandre Oukidja, le coach national a déclaré:«Brahimi et Oukidja vont mieux. ».

SourceAFP