Image lionsdelatlas par défaut

Ils font partie des icônes du football africain. Grâce à leur talent et à leurs performances exceptionnelles ils ont porté très haut le football africain. Devenus au fil du temps des légendes, ces footballeurs africains ont presque tous gagné en club.

Évoluant chacun dans différents registres, ils ont marqué leur époque par des statistiques et des performances grandioses qui les a fait basculer dans une dimension à part, celle des très grands, cette race de champion qui tutoie constamment les sommets sans jamais fléchir.

Jomo Sono (Afrique du Sud)

Matsilela Ephraim Sono alias « Jomo Sono “est considéré comme le meilleur footballeur Sud-africain de tous les temps. Malheureusement, Jomo n’a jamais eu l’opportunité de se frotter au gratin du football africain à cause de la politique d’apartheid qui était en place en Afrique du Sud. À l’époque, l’équipe sud-africaine était constituée uniquement de blancs et les joueurs noirs n’étaient pas sélectionnables. On peut donc dire que cette légende du football continental est né à la mauvaise époque car nul doute que s’il avait eu la possibilité de jouer en sélection, il aurait pu remporter une CAN car Jomo était un fantastique attaquant.

Kalusha Bwalya (Zambie)

Quand on parle de monstres sacrés du football africain, on pense toujours à Kalusha Bwalya. Kalu est sans conteste le plus grand joueur zambien de l’histoire. En plus d’être le joueur le plus capé de l’histoire du football zambien (100 sélections) il en est aussi le meilleur buteur (50 buts). Joueur légendaire du PSV Eindhoven, Kalusha Bwalya a atteint à plusieurs reprises les phases finales de la CAN (quart de finaliste en 1992 et demi-finaliste en 1996). Seul rescapé du crash d’avion qui a décimé la sélection zambienne en 1993, il atteindra la finale de le CAN 1994 en Tunisie mais les Chipolopolos seront vaincus par les Super Eagles du Nigeria. Après cette édition, le ballon d’or africain 1996 n’aura plus l’occasion de jouer une finale.

Mustapha Hadji (Maroc)

Le ballon d’or africain 1998, par son style de jeu spectaculaire et enthousiasmant a marqué l’histoire du football africain durant les années 90. Possédant aussi la nationalité française, Mustapha Hadji a préféré défendre les couleurs des Lions de l’atlas, ce qui lui avait valu de nombreuses critiques à l’époque. Milieu de terrain de génie il fut un vrai guide pour le Maroc. Lors de la coupe d’Afrique des Nations 1998 au Burkina Faso, alors que Benedict McCarthy et Hossam Hassan empilaient les buts, Mustapha Hadji martyrisait les défenses adverses par sa vélocité et ses dribbles déroutants. Malheureusement, ce joueur talentueux ne parviendra jamais à se hisser en finale avec le Maroc.

Nwankwo Kanu (Nigeria)

Nwankwo Kanu est sans doute l’un des joueurs les plus talentueux de sa génération. L’impressionnant attaquant avec son 1m 97 a terrorisé les défenses de plusieurs grands clubs en Europe. Révélé à l’Ajax Amsterdam, c’est à Arsenal que Nwankwo Kanu a écrit sa légende en devenant l’un des attaquants les plus efficaces de l’histoire du championnat anglais. Il a aussi l’un des palmarès les plus impressionnants du football africain. Mais paradoxalement, avec la sélection du Nigeria, le double ballon d’or africain ne réussira jamais à gagner la CAN. Lors de l’édition 2000, Kanu et sa bande seront battus aux tirs au but par le Cameroun d’Eto’o, Song, Mboma… Kanu atteindra à 5 reprises le dernier carré de la compétition sans jamais parvenir à s’imposer en finale.

Salif Keïta (Mali)

La panthère noire n’est plus à présenter. Le Malien est celui qui a donné la voie à toute une génération de footballeurs sur le continent. Joueur exceptionnel, il a marqué les esprits durant les années 70 par ses performances étincelantes. Les superlatifs manque pour qualifier le talent du tout premier ballon d’or africain. Sur le terrain, il savait tout faire et pouvait débloquer un match à lui tout seul. Malheureusement, la chance refusera de lui sourire à la CAN.

Lors de l’édition 1972 de le CAN, les aigles du Mali atteignent la finale, Salif Keita, extrêmement diminué par une blessure à la cheville, ne jouera que 20 minutes au cours de cette finale qui a opposé le Mali au Congo-Brazaville. Les Maliens seront vaincus et Salif Keita ne rejouera plus de finale de CAN.

Lakhdar Belloumi (Algérie)

Le ballon d’or africain 1981, élu 4e meilleur joueur africain du dernier siècle n’a jamais remporté la CAN. Le milieu offensif algérien a formé avec Rabah Madjer et Salah Assad le trio offensif le plus spectaculaire de l’histoire du football africain. Quand il était sur le terrain, ce joueur créatif tentait à chaque fois des gestes exceptionnels.

C’est d’ailleurs lui qui a inventé la passe aveugle. Il a participé à 5 éditions de la CAN (1980, 1982, 1984, 1986 et 1988) sans parvenir à soulever le trophée. Lors de l’édition 1990, alors qu’il avait mis un terme à sa carrière de footballeur, les fennecs réussiront enfin à soulever la coupe sans Belloumi.

Larbi Ben Barek (Maroc)

Larbi Ben Barek surnommé la Perle noire était un joueur à part. Adulé pour sa technique et sa grande élégance dans tous ses gestes, il est considéré par de nombreux observateurs du football comme l’un des meilleurs footballeurs de tous les temps.

Il a reçu de nombreuses distinctions de la part des fédérations sportives les plus prestigieuses et des médias. Voici ce que le légendaire attaquant brésilien Pelé, pense de Larbi Ben Barek: “Si je suis le roi du football, alors Ben Barek en est le Dieu. “Au moment où il met un terme à sa carrière en 1955, la CAN n’est qu’à ses débuts. Malheureusement, le mythique attaquant décède en septembre 1992 dans un parfait anonymat.

George Weah (Liberia)

Mister George, the best, le seul joueur africain à avoir remporté le ballon d’or mais qui n’a jamais remporté la CAN avec sa sélection, le Libéria. Même s’il s’appelait George Weah, l’ancien attaquant du Milan Ac était beaucoup trop seul au sein de sa sélection.

Si le Libéria avait eu quelques joueurs de bon niveau pour entourer George Weah, sans nul doute qu’il aurait pu remporter une CAN. Ce pays qui a connu une terrible guerre civile n’a participé qu’à 2 éditions de la CAN ( 1996 et 2002) avec à chaque fois une élimination au premier tour. Weah, qui a été élu joueur africain du siècle en 1996 a marqué l’histoire du football mondial par ses performances exceptionnelles et ses buts en cascade dont certains sont entrès dans les annales du foot.