Image lionsdelatlas par défaut

Aucune flexibilité sur les critères de candidature à la présidence de la CAF, en a décidé la Confédération africaine de football (CAF) à l’issue de son assemblée générale extraordinaire tenu au Caire ce jeudi.

Cette réforme a été proposée par la délégation Djiboutienne qui considère que «seules les associations membres sont habilitées à proposer des candidatures à la fonction de Président de la CAF. Une candidature à la fonction de Président de la CAF n’est valable que si elle est soutenue par au moins cinq associations membres. Le candidat, avec la déclaration de soutien d’au moins cinq associations membres, un candidat à la fonction de Président de la CAF doit avoir joué un rôle actif dans le football en tant qu’officiel d’une association membre, durant quatre des cinq années ayant précédé le dépôt de sa candidature et a l’obligation de se soumettre au contrôle d’éligibilité». L’assemblée générale de la CAF a donc refusé cette proposition en la rejettant avec 32 votes contre, 16 pour et 5 abstentions. Par conséquement et par ce rejet, la CAF souhaite clairement préserver le prévilège de la présidence de la CAF à la poignée d’anciens membres et membres actuels du Comité exécutif de la CAF.