Mazraoui_ Antony

Il y a moins de cinq ans, Antony cherchait des chaussures de football pour s’entraîner à São Paulo. Désormais, l’enfant de la favela a le monde à ses pieds. “La favela a fait de moi ce que je suis aujourd’hui”, dit le joueur de l’Ajax.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’Antony a rapidement fait oublier le départ de Hakim Ziyech. Le remplaçant du Lion de l’Atlas brille depuis son arrivée à Amsterdam et sa complémentarité avec l’autre marocain, Noussair Mazraoui, est très plaisante à regarder.

“La vie dans la favela a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, dit Antony. J’ai beaucoup appris, des choses positives et négatives. J’ai connu la pauvreté. Souvent, il y avait peu de nourriture. Mais cela me permet d’apprécier ce que j’ai aujourd’hui”, confie le brésilien. De cette façon, il a pu sortir sa famille du bidonville pour fouir les balles perdus des trafiquants de drogue. 

Comme Noussair Mazraoui, Antony Mattheus vit son meilleur début de saison avec son club. Il est déjà à 2 buts après 5 matchs disputés avec les Ajacides. L’attaquant brésilien et le latéral droit marocain s’entendent à merveille sur le terrain.

C’est merveilleux et facile de jouer avec lui. Ça se passe très bien, et c’est aussi la force de Mazraoui, car il joue aussi fort avec David Nérés, par exemple. C’est agréable d’être devant lui, car il vous cherche souvent avec le ballon et est toujours activement présent“, a déclaré Antony Mattheus à Voetbal International.