Amine Harit et son choix des Lions de l'Atlas

Né en France mais d’origine marocaine, Amine Harit a finalement opté pour les Lions de l’Atlas.

Alors qu’il était un ex international français et proche de la sélection A des Bleus, le milieu de terrain de 22 ans n’a pas hésité à choisir le pays de ses parents. Une situation qu’il a expliqué dans un entretien avec Onze Mondial.
Le traitement réservé aux binationaux dans les sélections autre qu’africaines est à l’origine du choix très rapide d’Harit.

Dans cette interview, il a d’ailleurs donné comme exemple Benzema et Ben Arfa. Des joueurs qui sont, du jour au lendemain, écarté en l’équipe de France.

« Pour les binationaux, c’est aujourd’hui plus facile de choisir leur pays d’origine. Déjà avec toutes les petites histoires qui s’est passé avec Benzema, Ben Arfa, ils se disaient qu’il y a plus de reconnaissance en Afrique ou autre part. Aussi, le niveau du football  Africain est en hausse ces dernières années. Il y a énormément de très grands joueurs qui jouent pour leur pays d’origine.”

“Je pense à Mohamed Salah, Sadio Mané, Ziyech au Maroc, en Algérie, Mahrez. C’est bien que des gros joueurs jouent dans de gros clubs en Europe choisissent l’Afrique parce que c’est comme ça qu’on va élever le niveau du football africain. Si les meilleurs joueurs choisissent le pays où ils sont nés, on ne va jamais avancer”, a-t-il fait savoir.

Le choix des Lions de l’Atlas

Ayant rejoint l’équipe nationale marocaine en 2017, Amine Harit compte 8 sélections.
Promis à un bel avenir, Amine Harit a été stoppé dans sa progression par son comportement.

Malgré son jeune âge, l’international marocain a déjà fait face à plusieurs difficultés dans sa carrière. Habitué aux frasques et aux déclarations retentissantes, le joueur de Schalke 04 a envoyé une mauvaise image de lui aux supporters. Ce qu’il regrette aujourd’hui.

« Oui. Je me suis vu trop beau. Parce que notoriété, argent, tu te dis que rien ne peut t’arriver, que tout se règle par l’argent et le fait d’être connu, mais en fait non. Ce n’est pas comme ça. Tu restes un être humain avant tout qui, s’il fait une erreur, va la payer. J’en ai payé le prix. J’ai fait des erreurs. Aujourd’hui, j’essaie d’en faire le moins possible, mais je pense qu’avec tout ce qui m’est arrivé, j’ai beaucoup appris », a-t-il dit.

Conscient d’avoir commis beaucoup d’erreurs dans sa carrière, Amine Harit se met déjà dans les rangs.
Et cela a une répercussion positive sur ses performances avec Schalke 04. Le milieu de terrain de 22 ans est à 6 buts et 4 passes décisives en 24 rencontres de Bundesliga.