Youssef En-Nesyri

Youssef En-Nesyri est passé à la vitesse supérieure depuis son arrivée au FC Séville il y a tout juste un an. Le Lion de l’Atlas a fait le point sur son expérience sévillane dans un long entretien accordé au site espagnol Marca.com

Quand vous débarquez à Séville, vous savez que vous arrivez dans un club avec des exigences quotidiennes élevées. C’est un club qui aspire à de grands objectifs : disputer la Ligue des champions, gagner une épreuve de l’UEFA et nous l’avons déjà gagnée“, a confié l’international marocain.

Aujourd’hui, nous sommes en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Au delà de mes performances personnelles, le plus important est que l’équipe gagne et je travaille toujours dur pour cela, que je marque ou non. Mon travail va bien au-delà du but, dans ce Séville là. Et si je marque des buts, je pense,  que c’est dû au fait que je me sens de plus en plus adapté et confiant“, a-t-il poursuivi avant de répondre à d’autres questions.

Sa relation avec Lopetegui

L’entraîneur m’a fait sentir important dès le premier jour. Cette saison, je marque des buts, mais le traitement, les exigences et la confiance de l’entraîneur restent les mêmes que lors de la saison précédente. Avec Lopetegui, si vous ne courez pas, vous ne jouez pas, non? La chance, c’est que je cours beaucoup… Je pense que c’est ce qu’exige le football moderne. Sans courir il est très difficile de gagner dans un football aussi physique et compétitif que celui que nous pratiquons aujourd’hui.

Sa progression

J’ai 23 ans, donc beaucoup de marge de progression, en objectifs aussi bien sûr. Il y a deux saisons j’avais marqué 11 buts, la saison dernière entre Leganés et Séville, j’en avais inscrit 10… Cette année j’ai déjà marqué 9 buts en 21 matchs, donc je suis content, mais il reste encore beaucoup à faire. Comme je l’ai déjà dit, je me sens chaque jour plus intégré dans ce système, avec plus de confiance et je sens que je peux encore donner beaucoup plus. Avoir un entraîneur comme Lopetegui est sûr que je continuerai à m’améliorer.

Le Football et Youssef En-Nesyri

Ni le destin ni le football ne me doivent rien, je dois beaucoup au football, car il m’a beaucoup apporté à seulement 23 ans. J’ai joué une Coupe du monde avec mon pays, j’ai gagné une Ligue Europa, je joue dans une équipe qui aspire à tout. Et bien sûr à un succès dans la grande compétition d’Europe, la Ligue des champions.