Le milieu offensif d’Adana Demirspor, Younès Belhanda a de nouveau réaffirmé qu’il ne reviendra pas en sélection tant que Vahid Halilhodzic est sélectionneur des Lions de l’Atlas.

Younes Belhanda a disparu de la tanière depuis l’arrivée de Vahid Halilhodzic. L’ancien n°10 de la sélection nationale s’est déja exprimé sur sa relation conflictuelle avec le bosnien fin 2021. “Même s’il me rappelle, je n’irai pas. Tant qu’il sera sélectionneur, c’est mort. Il y a eu une cassure, il ne m’a pas respecté alors que sportivement, mes performances en club étaient bonnes. En plus, j’ai fait douze ans en sélection nationale, je suis là depuis le début. Je ne suis pas un mec recyclé qui, par exemple, choisit d’abord l’Espagne, puis le Maroc.”

J’aurais pu choisir la France et je ne l’ai pas fait par amour pour ce pays. Je suis quelqu’un de vrai, j’ai fait les pires déplacements. Lorsqu’il fallait se rendre en Centrafrique ou en Gambie, j’étais là“, avait lâché Younès Belhanda.

Le Marocain avait également expliqué la raison de cette rupture avec l’entraîneur bosnien. “J’apprends qu’un kiné qui était avec la sélection marocaine depuis vingt ans a été relégué avec les équipes de jeunes parce que, soi-disant, il serait trop proche des joueurs et qu’il faudrait y faire attention.

Je suis donc parti voir Vahid pour lui dire que ce n’était pas correct de dégager le kiné de cette manière, ça fait 20 ans qu’il est en équipe nationale. Je n’ai rien fait de mal, je suis légitime pour parler, surtout que je l’ai fait avec respect. Il m’a dit que sa décision était prise et qu’il allait le remplacer. Pour moi, c’est cette prise de position qui m’a coûté ma place.”

Sur un récent podcast avec DMsport, Younès Belhanda est revenu sur cette relation qui n’est pas prête de s’arranger. “Le problème en équipe nationale, c’est Vahid. Oui, c’est lui le problème. Je ne fais pas une croix sur la sélection, il n’est pas éternel donc je pourrais revenir mais seulement s’il n’est pas sélectionneur.”