L’international espoir marocain, Yanis Fetheddine incarne l’avenir de l’AS Saint-Étienne. Le natif des Mureaux a fait ses débuts au PSG avant de rejoindre les Verts.

Je pense qu’il n’y avait pas un bon projet sportif à ce moment-là. Du coup, j’ai préféré partir. Partir à Caen, c’était un avantage par rapport à mon domicile. La Normandie, ce n’est pas très loin. Ensuite, j’ai choisi Saint-Étienne parce que c’est un club historique. Ils m’ont proposé un bon projet sportif. Saint-Étienne, c’est un gros club en France. Et comme mon grand-père l’a toujours aimé,” a confié le Lionceau à Onze Mondial.

Yanis Fetheddine avait pourtant la possibilité de signer à l’étranger. “Moi, je préfère réussir en France, jouer en France. Il y a mes parents à côté, ma famille. C’est important de rester proche de sa famille. J’ai plus de chances de percer ici.”

Yanis Fetheddine, le Lionceau

Contrairement à d’autres, Yanis a rapidement opté pour la sélection marocaine. “Déjà, mon père est Marocain. Mon grand-père voulait absolument que je choisisse le Maroc et depuis que je suis petit, je regarde le Maroc. Mon père a grandi au Maroc. Il est né à Casablanca. Tous les ans, j’allais au Maroc,” explique le milieu défensif de 17 ans, Yanis Fetheddine.

Concernant ses perspectives en club, Yanis Fatheddine espère rejoindre l’équipe première le plus rapidement possible. En attendant, “Je reviens d’une grave blessure. Je n’ai pas joué pendant six mois, je me suis cassé le quatrième métatarse. Du coup, j’ai repris avec les U17 nationaux. Mon dernier match, j’étais capitaine, ensuite, il y a eu le confinement.”

Yanis assure que ses dirigeants ont confiance et qu’ils comptent sur lui. “Ils disent que je dois revenir plus fort, que je dois enchaîner les matchs et que l’année prochaine, je dois faire une grosse saison. Mon objectif, c’est d’enchaîner les matchs, de revenir à mon meilleur niveau et ensuite grimper là-haut.”