Vahid et les bannis

Vahid Halilhodzic s’en est pris vivement à la presse marocaine dont une bonne partie souhaite clairement son départ. Le technicien bosnien a réagi à l’annonce de son départ en fustigeant la presse marocaine. “Je sais qu’ils ne m’aiment pas, et je ne les aime pas non plus. Je partage le même sentiment qu’eux“, a-t-il lancé dans un entretien avec Koora.

Dans cet entretien publié avant la réunion du lundi 9 mai, Vahid Halilhodzic a indiqué qu’il était victime d’une vaste campagne “de critiques” rappelant par la même occasion qu’“au lieu de parler de mes chiffres et de mes réalisations.”

D’après ses dires, Vahid Halilhodzic en a assez car il estime être victime de critiques injustifiées malgré son bilan sportif jugé positif. Des critiques qui ne cesseront pas même s’il semble avoir cédé aux exigences de son président en acceptant le retour de quelques bannis.

“Ils parlent de mon licenciement et je ne peux plus tolérer cette situation“, confie Vahid dont l’avenir est plus que jamais en suspens. On s’attend toujours à ce que la fin de son ère soit officiellement annoncée, surtout que la FRMF ne se presse pas pour lui réitérer sa confiance comme elle l’avait fait en 2018 lorsque des rumeurs circulaient sur le départ de Hervé Renard. Sans cette confiance affichée, Halilhodzic pourrait craquer à tout moment si ses détracteurs continuent de parler de son limogeage…

Jusqu’à présent, le technicien bosnien, qui s’est entretenu à deux reprises avec ses employeurs, est toujours officiellement sélectionneur des Lions de l’Atlas, mais pour combien de temps. “Je me fiche de ce qu’ils disent de moi dans les médias. Je n’aborderai plus de questions et ne répondrai pas à des choses que certains essaient de m’impliquer“, a-t-il encore répété.

La certitude, Vahid Halilhodzic est sous pression depuis plusieurs semaines. Le bosnien ne supporte plus les critiques qui vont s’accentuer car la majorité des marocains souhaitent et réclament son départ, qu’il accepte ou non le retour des bannis.

Je suis maintenant dans mon bureau en train de travailler et je ne fais pas attention à tout ce qui circule encore“, assure-t-il à qui veut bien le croire. En tout cas, les deux récentes réunions avec le président de la FRMF ne concernaient en rien la préparation des Lions de l’Atlas pour le Mondial. La présence des avocats respectifs lors de la réunion du 9 mai en dit long sur les sujets abordés et sur son avenir à la tête des Lions.

Vahid Halilhodzic aurait fait des concessions et aurait montré un peu de souplesse dans sa position jusque là trop rigide lorsqu’il s’agissait des deux stars marocaines Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui. Seulement, il serait naïf de croire que leur retour suffira pour apaiser les tensions, éliminer les conflits et rétablir la confiance, surtout avec les supporters et les médias marocains qu’il n’aime pas.

La légitimité, Vahid l’avait déjà mais il l’a perdu à cause de sa gestion du groupe et de sa communication désastreuse. Quant à sa crédibilité au sujet d’une éventuelle réconciliation, il aura du mal à convaincre. Le malaise persistera même si tout le monde fera semblant…