L’entraîneur des U16 de l’ASNL Abdes Ouaddou, nouveau membre du staff de la sélection algérienne, participe financièrement à la lutte contre la pandémie du Coronavirus.

Une fois le combat gagné, il attend un monde meilleur.La pandémie du Coronavirus a reporté à une date ultérieure son premier rassemblement avec la sélection d’Algérie, dans le staff du coach Djamel Belmadi (les champions d’Afrique en titre devaient affronter le Zimbabwe le 26 mars dernier).

« Mais ça » précise tout de suite Abdes Ouaddou, « Ce n’est rien du tout par rapport à la gravité de la crise sanitaire que nous traversons. ça nous remet à notre place, nous les sportifs professionnels. Les vrais héros d’une société devraient toujours être les personnes qui sauvent des vies. »

Des dons en France et au Maroc
L’ancien défenseur aide à sa manière. Il a fait un don dans la cagnotte créée par les ultras du Saturday FC afin de soutenir le personnel hospitalier , il a participé au fonds de solidarité lancé par le Roi du Maroc Mohammed VI et il a acheté 750 tablettes pour les enfants du Sud-Est marocain, sa région d’origine, qui étaient menacés de ne plus pouvoir suivre leur programme scolaire en raison du confinement.

« Logé à la même enseigne »

« On voit bien que tout le monde est logé à la même enseigne avec ce virus, les riches comme les pauvres, quels que soient les endroits de la planète. J’espère que cette crise sanitaire nous apprendra à vivre différemment, avec plus d’humanité et moins d’obsession du profit financier ».

Ces mots ont du sens venant d’un homme qui s’était assis sur 2 millions d’euros de son contrat de joueur en 2010 pour quitter l’ASNL sans mettre son club de cœur dans l’embarras.

Là, Abdes Ouaddou veut terminer du mieux possible son aventure d’entraîneur des U16 de l’ASNL. «Je téléphone à chaque joueur une fois par semaine. Bien sûr qu’il n’y a plus d’objectifs sportifs en commun mais je leur rappelle qu’ils ont un autre but très important : bien finir l’année scolaire.»

La sortie d’un livre bientôt au Maroc

Les journées de confinement sont globalement bien chargées pour l’ancien capitaine de la sélection marocaine : «On essaie de maintenir un rythme d’école aux enfants. On les fait travailler de 8h30 à 11h30 et on reprend l’après-midi vers 13h30. Ensuite, je me consacre à tous mes projets et activités professionnelles. C’est l’occasion de faire le point sur ma philosophie de jeu , sur ce qui a marché et moins bien marché.

Je règle aussi les dernières choses d’un livre sur mon parcours qui doit sortir au Maroc à la rentrée. Trois fois par semaine, je suis une nouvelle formation pour approfondir le découpage de vidéos dans le football. Et puis, j’avance sur mon travail d’analyse pour la sélection algérienne en échangeant régulièrement avec Djamel Belmadi.»

Dernier sujet de leur conversation : “Les valeurs qui doivent unir une équipe ». Un thème d’actualité qui dépasse largement les limites d’un rectangle vert.”