Image lionsdelatlas par défaut

Les icones nationales du sport, gr&acircce à leur notoriété et leur légitimité auprés du grand public, sont des porte-paroles et des relais de communication, ayant cettecapacité de sensibiliser le public marocain aux questions environnementales et aux enjeux du développement durable. Au Maroc, un grand nombre de sportifs qui, gr&acircce à leurs performances sportives de haut niveau, sont dotés d’un poids médiatique très important, leur permettant d’être des voix audibles et crédibles pour porter et véhiculer des messages et sensibiliser les citoyens aux problémes liés à l’environnement.

En effet, un message incitant à respecter l’environnement, qui provient d’un sportif de renom, via des campagnes de sensibilisation et d’éducation, sera vite entendu et compris par la majorité des Marocains, citoyens et instances confondus (clubs, associations, autorités locales. ). Un “sportif-citoyen model”C’est précisément dans ce sillage que la championne olympique du 400 m haies en 1984 à Los Angeles, Nawal El Moutawakel plaide pour un “sportif-citoyen model”, qui serait apte à défendre avec ferveur l’environnement, car, insiste-t-elle, associer son image à une telle action aurait un impact profond sur les jeunes et les enfants. “Un sportif de renommée mondiale doit être pleinement engagé dans la défense de la cause environnementale, et ce, à travers le parrainage et la promotion des activités aux endroits fréquentés réguliérement par les jeunes et par les enfants”, a-t-elle dit, ajoutant qu’il est également de son devoir de faire comprendre à ces catégories d’&acircge les facteurs négatifs qui nuisent à leur santé et à l’environnement, en l’occurrence la mauvaise qualité d’air, la pollution, le manque d’assainissement, les niveaux élevés de bruit et de vibrations, etc. Cependant, la relation intime, qui unit le sportif à l’environnement, est corrélative puisque un environnement sain est à même de produire des athlétes performants. “Un environnement sain et sanitaire” est de nature à produire des athlétes performants, a dit l’ancienne vice-présidente du Comité international olympique, prouvant ainsi les propos d’Ibn Khaldoun dans ses prolégoménes : “l’Homme est le fils de ses habitudes et de son ‘environnement'”. En revanche, un environnement dégradé peut avoir des répercussions négatives sur le sport et plus particuliérement sur les sportifs. Même son de cloche chez la double championne du monde du 400m haies, Nezha Bidouane, qui a, de son coté, mis l’accent sur le role principal que pourraient jouer les figures de proue du sport national. Considérés, selon elle, comme de véritables exemples, voire même des idoles pour les jeunes, qui veulent leur ressembler à tout prix, ces sportifs auront certainement un grand role à jouer, en tra&ccedilant la voie à ces “fans”. Sensibiliser à l’importance de la protection de l’environnement”Il faut se servir, à bon escient, de la notoriété des sportifs et de leur popularité auprés du public marocain, afin de sensibiliser ce dernier à l’importance de la protection de l’environnement et aux effets néfastes de la pollution de la nature, a précisé la présidente de la Fédération royale marocaine du sport pour tous. Bidouane a plaidé pour une pratique du sport dans un espace sain et sanitaire, ajoutant que la nature constitue, désormais, la troisiéme dimension du mouvement olympique, aprés le sport et la culture et que le facteur environnemental est capital dans le processus de sélection des villes hotes des Jeux olympiques. “La fédération royale marocaine du sport pour tous (. ) a dressé les grandes lignes d’un programme sportif, mettant en avant la culture de la pratique du sport dans une nature verte et un environnement sain, à travers des caravanes, faisant escale dans les différentes villes du Royaume”, a-t-elle conclu. Au vu de toutes ces données, ces sportifs, ainsi que les jeunes peuvent se sentir facilement concernés par les problématiques de l’environnement, car ils connaissent déjà certaines valeurs véhiculées par le sport, telles que le respect. “Mon apport comme celui de tout champion par rapport à la problématique environnementale est d’être pleinement engagée à respecter les principes du développement durable, à savoir adopter des approches respectueuses de l’environnement, en ce qui concerne l’eau, l’air, la gestion et le recyclage des déchets et la préservation du patrimoine, la réhabilitation du paysage. Mon apport est aussi d’inciter les responsables à la création de nouveaux espaces verts, tout en développant l’éducation et l’engagement écologique”, a lancé Mme El Moutawakel. L’implication de nos sportifs dans la livraison de ces messages est sans aucun doute un atout pour sensibiliser et informer les citoyens sur les questions de l’environnement et du développement durable. Ces messages seraient plus persuasifs s’ils sont diffusés en paralléle avec les grands événements organisés par notre pays, tels que la COP22, ce qui les ancrera dans un certain contexte actuel et ponctuel.