CAN 2021

L’Algérie cherche-t-elle à déstabiliser le Cameroun à quelques mois de la CAN 2021 ou veut-elle le priver sa CAN tout simplement ? Passons les faits selon leur chronologie.

Alors que le Cameroun se dit prêt pour accueillir la plus grande messe de football du continent en janvier 2022, une rumeur persistante annonce des manœuvres du Maroc et de Fouzi Lekjaa pour récupérer l’organisation de l’événement au dernier moment.

La rumeur est lancée via le site étatique, La Gazette du Fennec. Cet organe prétend que le président de la FRMF, Fouzi Lekjaa serait décidé à ruiner les efforts du président camerounais Paul Biya, qui rêve de mettre l’organisation de la CAN 2021 sur la table de ses grandes réalisations.

Pour le média algérien, le Maroc utiliserait actuellement son puissant réseau de lobbying pour mettre la main sur l’organisation à la dernière minute. “Fouzi Lekjaâ, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et deuxième vice-président de la CAF (donc très proche du nouveau patron de l’instance Patrice Motsepe), active son lobby pour convaincre les membres influents de l’instance confédérale pour l’attribution de l’organisation de la prochaine CAN au Royaume chérifien.

Bref, cette manœuvre semble désespérée, tant le Cameroun offre toutes les garanties pour pouvoir enfin maintenir sa CAN. Cependant, rien n’est à exclure », balance le média algérien.

L’argument avancé est que la Fédération royale marocaine de Football veut mettre plus de chances du côté des Lions de l’Atlas pour remporter le trophée de la CAN qu’ils convoitent depuis 1976. Le médias algérien ajoute que les marocains savent qu’ils devront attendre au moins six bonnes années avant d’accueillir l’évènement. Il serait donc de leur intérêt de récupérer l’organisation de la CAN 2021 !

Dès le lendemain de la publication de cette rumeur, les médias algériens ont abordé une possible réaction de la FAF pour rivaliser (COMME D’HABITUDE) avec le Maroc en cas de délocalisation de la CAN. En fait, le but inavoué de cette rumeur est de surtout préparer le terrain et positionner l’Algérie en cas ou.

Si le Maroc et sa FRMF restent totalement indifférents à cette rumeur, l’Algérie et sa FAF n’ont pas tardé à réagir par la voie d’un communiqué. Le Président de la Fédération algérienne de football, Amara Charraf-Eddine, a apporté des précisions au sujet des déclarations tenues mardi 8 juin 2021 en marge de l’AGE du COA.

En effet, le Président de la FAF a affirmé que son instance n’a à aucun moment déclaré que l’Algérie souhaitait remplacer le Cameroun en cas de retrait de ce pays pour organiser cette compétition à l’échéance retenue. Il a également précisé qu’il n’était pas de ses compétences de se prononcer à ce sujet. “L’organisation d’une Coupe d’Afrique des nations se fera en concertation avec les pouvoirs publics qui auront à prendre une telle décision lorsque toutes les conditions seront réunies pour accueillir et réussir une épreuve d’une grande envergure.”

Côté Cameroun, la rumeur algérienne a provoqué des remous chez les organisateurs déja très méfiants depuis le report du tirage au sort. Pour certains analystes camerounais, ce rapport occulte les manœuvres de la CAF pour retirer au dernier moment l’organisation de la CAN au pays des Lions Indomptables.

De passage au Cameroun, le secrétaire général de la CAF, Veron Mosengo Omba a évoqué cette rumeur. “Les réseaux sociaux ne sont pas la CAF. Si la CAF ne dit pas ça, si l’organisation locale ne dit pas ça, si la fédération (camerounaise) ne dit pas ça, il ne faut pas écouter les autres.”