Image lionsdelatlas par défaut

Vous avez parlé de Mohamed Salah… Quelle est son influence dans l’équipe d’Egypte ?

C’est tout simplement la référence absolue. Quand on parle de l’équipe d’Egypte, on pense d’abord à Mohamed Salah. L’année dernière il a véritablement explosé, s’imposant comme le meilleur joueur de Premier League, qui est le meilleur championnat au monde, ou au moins un des trois meilleurs sans aucun doute. Evidemment, ça l’a transformé en idole mondiale, suivie en permanence par les médias de tous les continents. Et son aura a logiquement profité à toute l’équipe. Je ne saurais pas vous dire ce qu’il représente en Egypte car à chaque fois qu’il vient ici, en général une fois par mois, les gens tombent carrément à ses pieds. Il y a foule à chaque fois pour l’apercevoir, que ce soit à l’aéroport ou à la descente du car de l’équipe. C’est un personnage qui a une grande importance dans la société égyptienne. Et il en va de même dans tout le monde arabe et dans le continent africain. C’est un joueur à part. Et il faut reconnaître que Salah assume ce rôle avec beaucoup de naturel et de simplicité, tout en veillant à ne pas sombrer devant tant de sollicitations. Je suppose que des joueurs comme Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo connaissent un peu la même chose, et lorsqu’on a la responsabilité de les accueillir en équipe nationale, il faut veiller à faire très attention pour qu’ils se sentent bien. A la dernière Coupe du monde, on a remarqué qu’aucune équipe africaine n’a franchi le premier tour. Et la création de la nouvelle Ligue des nations en Europe restreint les possibilités pour les équipes africaines de rencontrer les principales nations européennes et donc de progresser. Regrettez-vous cela ? Bien sûr, car il ne fait aucun doute que le meilleur football du monde est celui pratiqué en Europe. Cette nouvelle compétition limite les possibilités de jouer contre les grandes équipes européennes et il faut se battre pour croiser le Brésil, l’Argentine ou l’Uruguay. Nous avons exposé nos inquiétudes lors de la remise des prix FIFA le mois dernier à Londres car ça rend les choses très compliquées. Et ça nous oblige à chercher d’autres solutions pour continuer à progresser. Si la CAN 2019, prévue au Cameroun, devait finalement changer de pays d’accueil, le président de la CAF, Ahmad, a évoqué comme possibles pays de substitution le Maroc, l’Afrique du Sud et l’Egypte. Ça vous plairait de jouer la CAN à domicile ? On sera fixé fin novembre, après une dernière visite d’inspection de la CAF au Cameroun. A ma connaissance, les rumeurs désignent surtout le Maroc. En tout cas, il faudra prendre bien vite une décision définitive car nous serons 24 équipes. Il faut une logistique importante et il semble que le Cameroun a du mal. Mais je préfère rester prudent et ne pas donner l’impression de ne pas vouloir aller au Cameroun. Tant que le Cameroun est le pays hôte, je vais éviter de donner mon avis sur une éventuelle délocalisation. Vous êtes déjà qualifié mais les éliminatoires ne s’achèveront que fin mars, avec un tirage au sort au plus tôt début avril. Ça vous laissera un peu plus de deux mois pour vous organiser. Ça vous paraît suffisant ? Vous avez raison. Nous sommes heureux d’avoir déjà notre ticket pour la phase finale. Et le temps sera très serré pour tout organiser : les déplacements, les hôtels, les adversaires. Je ne veux pas dire que c’est désorganisé, car ce retard répondait à une demande généralisée afin d’éviter que le calendrier éliminatoire de la CAN ne vienne perturber les équipes qui préparaient la dernière Coupe du monde. Mais bien sûr que ça nous affecte. Parmi vos succès dans cette phase éliminatoire, il y a eu votre victoire 6-0 sur le Niger. Avez-vous été surpris d’un tel score face à une équipe qui a pourtant disputé des phases finales de la CAN encore récemment ? Quand il y a des scores aussi importants, c’est que plusieurs facteurs y contribuent. Ce n’est pas un résultat normal, même quand l’écart de niveau entre les deux équipes est très important, comme c’était le cas à cette occasion. Le Niger n’a pas fait un mauvais match, mais mes joueurs étaient très inspirés. Je ne sais pas si c’était pour me faire plaisir pour mon premier match ou parce qu’on avait changé notre système de jeu… Cela dit, on a été très supérieurs au Niger ce soir-là. Vous avez déjà réussi votre premier objectif, vous qualifier pour la CAN. Il faudra ensuite tenter de la remporter, puis de vous qualifier pour le Mondial 2022. Vaste programme… Nous sommes tous très heureux car trois matches nous ont suffi pour nous qualifier, et l’équipe tourne bien. Il faut aller par étape. Pour le moment, je ne pense qu’à la CAN, je ne veux pas regarder plus loin. Il faudra continuer à progresser dans le jeu avec l’objectif de remporter cette CAN. Nous n’envisageons rien d’autre que la victoire finale. Avec un palmarès comme le nôtre, toute autre performance serait décevante. Propos recueillis par Carlos Pizarro et Christophe Jousset pour RFI.