Image lionsdelatlas par défaut

C’est une belle prise pour le Maroc. Amine Harit, promesse du football français, a décidé de rejoindre les Lions de l’Atlas. Décryptage.

Après Hakim Ziyech ou Sofiane Boufal, le Maroc continue sa chasse aux binationaux. C’est un joli coup pour la sélection entraînée par Hervé Renard. Amine Harit, pépite du football français, va changer de nationalité sportive. Il est désormais sélectionnable avec le pays de ses parents pour la prochaine échéance internationale, le 8 octobre prochain face au Gabon pour le compte des éliminatoires à la Coupe du monde 2018. Toujours sensible, cette question de choix de sélection nationale a été bien gérée par le joueur de 20 ans. A la différence de Nabil Fekir pris dans un tourbillon médiatique entre la France et l’Algérie, le natif de Pontoise a bien fait les choses en terme de communication. Il a d’abord posté un tweet avec une tête de Lion rouge, symbole de la sélection marocaine, avant d’apporter la confirmation via une vidéo sur son compte. Révélation de l’Euro U19 en 2016, Amine Harit avait pris les clés du jeu de l’équipe de France, devenu championne d’Europe de sa catégorie d’âge. Le milieu de terrain nantais s’était imposé comme le maître à jouer inattendu de ces Bleuets. Sa qualité de passe et sa vision du jeu ont été de formidables auxiliaires aux qualités de finisseur des Mbappe et Augustin. On ne le verra plus sous les couleurs des Bleus. Agé de 20 ans, et arrivé cet été à Schalke 04, Amine Harit a décidé de passer du Coq au Lion. Il devra vite prouver qu’il mérite sa placeUne affaire de famille : «C’était important pour moi de représenter ma famille comme il se doit», explique celui qui jouait à Nantes jusqu’à la saison dernière. «Ce n’est pas un choix qui date d’une semaine ou deux, c’est vraiment un choix mûrement réfléchi depuis un an, voire un an et demi maintenant», ajoute-t-il. «Je pense que c’est le choix le plus difficile que j’ai eu à faire depuis le début de ma carrière et aujourd’hui j’en suis très fier. “Pour la France, c’est une promesse qui s’en va, et avec seule satisfaction de mettre en valeur la qualité de la formation hexagonale. On exporte du vin, mais aussi des bons footballeurs. C’est le jeu pour un pays qui – par son Histoire – a tissé des liens humains profonds notamment avec l’Afrique. Pour le Maroc, c’est une plus value sportive certaine. Arrivé pour 10 millions d’euros sur bords de la Ruhr cet été, l’ancien de la Jonelière a réussi des débuts efficaces avec trois passes décisives en autant de rencontres disputées. Mais, dans son secteur de jeu, le match n’est pas gagné au sein d’une sélection qui possède justement ses meilleurs joueurs à la création. Il faudra être performant, et se faire une place au soleil parmi des joueurs comme Sofiane Boufal, Hakim Ziyech, Mbark Boussoufa, Younes Belhanda, Faycal Fajr voire Mehdi Carcela. Avec la France, il aurait dû patienter avant d’espérer un appel en A. Avec le Maroc, il devra vite prouver qu’il mérite sa place. Mais le sprint final des éliminatoires à la Coupe du monde va lui offrir une belle vitrine. [France Football]