Sofiane Alakouch

Il y a 4 ans, Sofiane Alakouch voyait la vie en bleu et tenait à garder ses plumes de Coq après son refus de porter la crinière des Lions à la suite d’une convocation de l’ex sélectionneur des Lions de l’Atlas, Hervé Renard.

Aujourd’hui, l’arrière droit du FC Metz tente de relancer sa carrière en Ligue 1 après avoir cruellement manqué du temps de jeu avec Nîmes Olympique la saison dernière.

J’ai vécu six mois très dur mentalement. Je n’ai pas abandonné une seule fois. Je n’ai pas eu ma chance mais je respecte les choix du coach“, a confié le franco-marocain il y a quelques semaines.« Je me suis remis en question. J’ai eu tout le temps d’y réfléchir durant le premier confinement. J’ai travaillé mentalement et physiquement. C’est un soulagement de retrouver du temps de jeu. J’ai envie de retrouver des hauts”.

Choix par défaut, choix de la raison ou choix du cœur ? A chacun de se faire un avis sachant qu’un choix par défaut n’exclut ni la raison, ni le cœur.

Après avoir refusé de représenter le Maroc pour ne pas compromettre ses chances avec la France, Sofiane Alakouch a également réfléchi sur la suite à donner à sa carrière internationale qui se résume en une apparition avec les Bluets. Aujourd’hui, celui qui a snobé la tanière il y a quatre ans a finalement décidé d’opter pour le pays de ses origines.

Vahid Halilhodzic aurait tout tenté pour convaincre le joueur selon l’Equipe. Seulement, nous savons que le bosnien ne discute avec aucun joueur, surtout pas avec quelqu’un qui a déja décliné une convocation.

Connaissant le caractère du bosnien, il ne prendra pas l’initiative d’aller convaincre un indécis longtemps convaincu que la sélection nationale du Maroc n’est pas celle qui convenait à son talent… Mustapha Hadji et son entourage ont probablement contribué à l’arrivée de Sofiane Alakouch dans la tanière, il peut les remercier…