Les Hafid Derradji, Mohamed Aboutrika, Abdeslam Ouaddou et autres justiciers conspirationnistes, n’ont qu’à tourner leur frustration désormais légendaire, en dérision souvent plus efficace. Mais faut-il encore savoir la manier.

Ces intellectuels des réseaux sociaux, qui ne distinguent plus les théories du complot des complots mêmes, devront prendre leur mal en patience et accepter un fait accompli, celui d’une finale de la Ligue des Champions qui se tiendra à Casablanca.

Malgré leurs cries, le club égyptien Al Ahly a annoncé ce dimanche, dans un communiqué publié sur son site officiel, qu’il accepte la décision de la CAF et qu’il jouera sa finale de la Ligue des champions africaine, au Complexe Mohammed V de Casablanca.

Le bureau directeur d’Al Ahly a tenu, ce dimanche 15 mai 2022, une réunion pour prendre une décision concernant la finale de la Ligue des champions africaine. A l’issue de cette rencontre, le club cairote a annoncé qu’il “jouera finalement cette finale dans n’importe quel stade en Afrique.”

Par respect pour les chiens qui incarnent la fidélité et la noblesse, on dira que la caravane passe et les porcs couinent d’autant que le club de la capitale égyptienne a aussi indiqué qu’il “garde toujours une belle relation avec tous les clubs marocains qui ne sont pas une partie prenante dans cette crise.”

Dans son communiqué, la direction d’Al Ahly affirme que le “club reproche à la CAF de ne pas respecter le principe d’équité et d’égalité, dans le choix du stade qui abrite la finale de la plus prestigieuse des compétitions africaines.” Or la candidature pour la ville hôte était ouverte à tous les pays et s’est déroulée dans une certaine transparence. La seule chose qu’on peut reprocher à la CAF est de ne pas désigner la ville hôte plutôt dans la saison.