benatia_tagnaouti

La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a infligé une sanction de trois mois au portier du WAC, Mohamed Reda Tagnaouti. La décision a été prise sur la base d’un rapport soumis par l’entraîneur de l’équipe nationale, Houcine Ammouta.

Un rapport accablant accusant le jeune gardien de but d’avoir refusé de s’asseoir sur le banc à l’occasion du match contre l’Algérie. Le docteur Hifti a lui aussi estimé que l’état de santé du gardien était bonne et que rien ne l’empêchait de participer au match.

Ce qui a obligé la commission de discipline de la FRMF a sanctionner TagnaoutiLes informations rapportées par l’entraîneur et le médecin de l’équipe indiquentTagnaouti aurait revendiqué une blessure lorsqu’il a appris qu’il sera remplaçant d’Anas Zniti

Il est incontestable que la discipline ne fait pas l’objet d’un débat, surtout s’il s’agit de l’équipe nationale. Les sensibilités concernant le choix de tel ou tel élément ne doit pas se transformer en une attitude négative affectant le groupe dans son ensemble.

Des sanctions à deux vitesses

Jusque-là tout est normalement acceptable, néanmoins, il y a clairement deux poids deux mesures. Des cas similaires se sont produits dans la tanière sans qu’une sanction, avertissement ou réprimande ne soit tombée. On prend pour référence les cas de Mehdi Benatia et Abderrazak Hamdallah. Le premier choisit ses matchs et le second qualifié de déserteur.

Mehdi Benatia a souvent refusé de prendre part à des matchs des Lions de l’Atlas sous la direction de Hervé Renard.

Pour le docteur Hifti, la dernière blessure de Benatia ne pouvait pas être diagnostiquée par des tests. Dès lors, il ne pouvait pas savoir si Benatia était réellement blessé. Une certitude, Mehdi Benatia a toujours choisi ses matchs en fonction de son club et de son humour du jour.

Il est l’unique joueur marocain de l’histoire à avoir refusé de jouer un match de Coupe du Monde. En dépit des critiques et alertes, la FRMF n’a jamais sanctionné, averti ou réprimandé l’ex-défenseur de la Juve.

Nul besoin de s’attarder en détail sur l’affaire Hamdallah. On dira juste que le joueur reviendra en “seigneur” dans la tanière après l’avoir déserté à un moment critique.

La sanction est pour les moins médiatiques comme dans l’affaire de Chicha et la sévère sanction des Lionceaux. Les seniors peuvent carburer sans être inquiétés.