Hakim-Ziyech-Lda

En Angleterre, Hakim Ziyech suscite l’engouement depuis l’annonce de son transfert l’été prochain à Chelsea. Ainsi, The Mirror a souhaité en savoir plus sur la vie privé du joueur et celui-ci a notamment évoqué sa famille.

“Ma mère n’a pas eu une vie simple. Elle n’avait que dix-huit ans lorsqu’elle est venue aux Pays-Bas. Mon père était ici depuis quelques années et ma mère a dû apprendre la langue.

Ce n’était pas facile”, raconte la star de l’Ajax Amsterdam. “Elle a également dû travailler dur pour aider mon père avec les dépenses”, poursuit-il.

“La vie était difficile pour nous”, lance Ziyech, qui a perdu son père à l’âge de dix ans. “Ma mère a dû élever neuf enfants, et certains d’entre nous n’étaient pas faciles”, ajoute le joueur qui a trouvé une échappatoire dans le football. Il confie pourtant qu’il ne pensait pas “devenir footballeur professionnel”.

Dans sa ville natale de Dronten, c’est dans la rue qu’il a frappé ses premiers ballons, souvent aux côtés de joueurs beaucoup plus âgés.

“Certains grands ont tenu compte du fait que j’étais plus jeune, mais pas tous. Ils sont allés très vite. Mais cela n’avait pas d’importance pour moi. Tant que je pouvais jouer au football”.

Son charisme et sa forte personnalité, Ziyech les explique par un douloureux épisode du passé: la mort de son père: “je n’ai pas besoin d’un coach mental pour rester fort.

J’ai vécu beaucoup de choses dans ma vie. Perdre son père est la pire chose qui puisse arriver à un jeune garçon. Tout ce qui ce qui arrive ensuite dans la vie est relatif”.