On actionne les mêmes et on recommence ! C’est un fait, au Maroc, certains supporters des Lions de l’Atlas aiment les beaux parleurs et témoignent une grande affection pour les plus populistes d’entre eux. Ils les applaudissent et parfois, leur donnent tribune pour tout détruire sur leur passage, et ça leur plait…

Nul besoin de le présenter, si l’on cherche à déstabiliser la sélection nationale et pousser son sélectionneur à la démission, la procédure habituelle voudrait qu’on fasse appel au verbe et à la verve de Mohamed Maghoudi, critique du sport marocain et défenseur acharné des cadres nationaux.

Après Eric Gerets et Hervé Renard, c’est au tour de Vahid Halilhodzic d’en prendre pour son grade et d’être dénigré au profit d’un entraineur national alors qu’il est le seul de l’histoire à conjuguer avec les impondérables imposés par une période de pandémie sans précédent.

L’heure de la déstabilisation a sonné

En effet, on prend les mêmes et on recommence selon le même modus operandi. En plus du lobby casaoui, il faudra faire avec la causticité nationaliste de Mohamed Maghoudi, mêlant chauvinisme exacerbé et nostalgie éphémère. Le critique marocain n’a jamais ménagé ses neurones pour brosser des portraits chaotiques des techniciens étrangers auxquels nous avons confiés la destinée de notre sélection nationale.

Seul Hervé Renard lui a tenu un peu tête grâce sa grande popularité auprès des supporters marocains. Mais l’affaire de “L’wazo rar” est tombée à point nommé, juste avant la CAN 2019, pour déstabiliser sa sélection. Nous vous laissons deviner qui étaient les fervents défenseurs d’Abderrazak Hamdallah ! Il n’y a pas de doute, on actionne les mêmes et on recommence…

Ainsi, après la piètre prestation des Lions de l’Atlas face à la Mauritanie avec les conditions que l’on sait, Mohamed Maghoudi a réclamé sans ambiguïté le départ de Vahid Halilhodzic en suggérant de le remplacer par le cadre national, Houcine Ammouta. Le critique marocain estime que ce dernier serait plus à même de gérer ce groupe, lui qui a échoué à dompter les Lions à l’époque des quatre cerveaux !

Je considère que c’est la pire image de la sélection de ses dernières années. C’est aussi le pire rendement que j’ai vu… Je pense que nous ne devons pas perdre du temps maintenant; Il faut prendre une décision courageuse en licenciant Vahid Halilhodzic pour donner la chance à un fils de la partie qui a brillé avec les clubs et avec des sélections. Il s’agit de Houcine Ammouta“, a lancé Maghoudi après le match de Nouakchott.

La réponse de Vahid Halilhodzic

Lors de sa dernière conférence de presse, Vahid Halilhodzic a évoqué sa relation avec une partie de la presse. Dès l’entame de son intervention, le patron des Lions de l’Atlas est allé droit au but. “Je n’ai pas beaucoup apprécié les déclarations de certains journalistes, je suis même étonné de certaines provocations…”

Et d’ajouter : “Je sais que beaucoup de journalistes ne m’aiment pas, pas tous. Je veux leur dire que je ne les aime pas non plus.”, a glissé le sélectionneur national à propos de ceux que notre rédaction qualifie de : “Fossoyeurs de la tanière“.

Le plus déplorable avec les critiques de Maghoudi et consorts c’est qu’elles touchent très souvent à la stabilité de l’équipe nationale. C’est en tout cas ce qui ressort de l’historique de ses sorties médiatiques et de leurs conséquences irrémédiables sur les résultats des Lions de l’Atlas.

Le complot médiatique contre Vahid Halilhodzic est bien lancé et à moins d’un miracle, ses résultats positifs n’empêcheront pas la prochaine débâcle de ses Lions de l’Atlas au Cameroun. Par expérience, notre rédaction sait que ce type de critiques a souvent été à l’origine de nos humiliations à la CAN.

Pauvre sélection nationale, triste pour toi. Que puis-je faire pour t’aider à part tenter d’alerter l’opinion publique ? Eventuellement écrire une Lettre Ouverte au plus Haut Responsable en dernier recours.