Image lionsdelatlas par défaut

Au terme du tournoi aller des éliminatoires du CHAN 2016, le Maroc termine premier de son groupe avec quatre points, devant la Libye (3 points) et la Tunisie (1 point).

La phase retour se déroulera à Tunis en octobre prochain et M’hamed Fakhir refuse de crier victoire. “Attention, il ne faut pas crier victoire trop tôt. Rien n’est encore joué. Il reste encore une manche à disputer à Tunis pour la qualification. Si la Tunisie, qui jouera chez elle, réussit à se défaire de la Libye, elle aura quatre points et tout sera relancé. En revanche, si la Libye gagne contre la Tunisie, nous pourrons à ce moment-là dire que nous avons de grandes chances pour nous qualifier. Pour le moment, on n’est pas encore qualifié, il faut bien négocier les matchs de la phase retour, car en football, rien n’est acquis d’avance. ” a t-il déclaré au Matin. S’il ne craint pas le départ de certains joueurs comme Mohcine Iajour, il se dit inquiet quant à l’état physique des joueurs aprés la reprise des championnats et la Ligue des Champions (en ce qui concerne le MAT). “Il pourrait y avoir des blessures, de la fatigue et par conséquent certains joueurs pourraient être en méforme. Il faudra donc gérer tout cela avec intelligence. Il faut arriver à mettre l’équipe sur orbite d’ici trois mois, date du début du tournoi triangulaire-retour” conclue l’ancien entraîneur du Raja, pour qui l’objectif principal de ce CHAN est de mesurer le niveau des joueurs marocains par rapport aux autres nations:”Cela fait 20 ans que nous tournons en rond avec de fréquents changements qui n’ont finalement rien apporté. Pour moi personnellement, ce CHAN est une évaluation de notre football par rapport à celui de l’Afrique. Il nous permettra de diagnostiquer notre degré tactique, technique, physique, psychologique et mental par rapport aux joueurs africains. Il n’y a qu’à voir la morphologie et les gabarits de nos voisins tunisiens pour se rendre compte que la technique à elle seule ne peut être payante. Il est loin le temps où le joueur disposait d’espaces libres pour pouvoir étaler ses qualités techniques. De nos jours, le joueur est soumis à un pressing constant et il faut gagner les duels et avoir un mental de fer. Dans le cas contraire, le joueur, quelle que soit sa technique, perd trente pour cent de ses moyens”.

Par ailleurs, afin de peaufiner la préparation de son groupe, Fakhir prévoit de jouer un match amical à l’extérieur en septembre prochain.