Belmadi

Décidemment, Marrakech ne réussit pas aux Fennecs même s’ils ont fait mieux qu’il y a dix ans lorsqu’ils se sont inclinés 4-0 contre les Lions de l’Atlas.

Les protégés de Djamel Belmadi ont été accrochés mardi soir au Maroc en concédant le nul face aux Etalons burkinabés à l’occasion de la deuxième rencontre des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022.

Après ce nul décevant pour les Champions d’Afrique en titre, le sélectionneur algérien, Djamel Belmadi a trouvé l’explication de ce partage en accablant l’arbitrage. Il reproche à l’arbitre de la rencontre de ne pas avoir sifflé un penalty à la 87ème minute de jeu alors que les Fennecs étaient en difficulté face à des Etalons plus frais physiquement.

Pour ça, on sait qu’on sera toujours dans la difficulté par rapport à ces arbitres. Ce n’est pas de la paranoïa, on a une pression constante de ces arbitres qui passent leur temps à venir dans nos vestiaires, nous mettre la pression pour un rien, venir énerver tout le monde, -Vos chaussettes sont mal mises-…“, a expliqué Belmadi.

Quand il y’a des penalties aussi évidents, on doit avoir le courage l’honnêteté, de siffler ce qui doit être sifflé. Il y’ a un tacle à la 10ème minute, hors du sol, ça donne un carton jaune. Dans la foulée, Ramy (Bensebaini) tient le maillot d’un joueur et ça donne un carton jaune. On peut tenir un maillot et casser un joueur et c’est le même résultat. On sait tout ça, on n’y peut rien, on peut juste le dire“, a poursuivi le patron des Fennecs.

Pour Djamel Belmadi, la Confédération Africaine de football devrait intervenir pour améliorer l’arbitrage. “C’est toujours l’Afrique qui est perdante. C’est un gros chantier de la CAF, si ils veulent travailler là dessus, et si ils veulent que le football africain soit respecté, car les arbitres font ça en toute impunité… On doit passer par là, on doit se montrer forts là dessus, et ne pas donner la possibilité aux arbitres de nous léser, c’est un peu le discours qu’on a avec les joueurs,” a ajouté Belmadi en fustigeant l’arbitrage après avoir vivement critiqué les pelouses africaines dont les siennes.

Concernant la prestation et le résultat final pour parler sport, Belmadi regrette que son équipe n’a pas tué le match lorsqu’elle avait l’occasion en première période : “On a eu les situations pour mener 2 ou 3-0, chose qu’on n’a pas faite. On n’a pas été assez chirurgical, pas assez tueur. En seconde période, on a mal démarré. On a eu 15-20 minutes de temps faibles, c’est là ou le Burkina Faso a repris de l’allant, l’envie d’aller marquer, on leur a donné cette possibilité.