70651447_2554065491320158_6684307415795499008_n

À 22 ans, le Marocain a entamé sa métamorphose cette saison 2019-2020 lui qui est passé par des moments difficiles. Il y a un peu plus d’un an, dans la nuit du 29 au 30 juin 2018, l’ancien joueur du FC Nantes a été impliqué dans un accident de la route mortel à Marrakech où il a percuté un piéton.

Le milieu de terrain a vécu une saison 2018-2019 terrible, autant sur le plan professionnel (1 but marqué en 25 matchs joués toutes compétitions confondues, absence de la CAN 2019).

Amine Harit revient en force « La dernière année a été très difficile pour moi et ma famille. Je n’avais besoin que de vacances pour pouvoir redescendre. J’ai ensuite travaillé dur pendant mon temps libre pour revenir plus fort. J’ai décidé de laisser le passé derrière moi. Cette phase était très importante pour moi, le temps passé avec mes parents et ma petite fille. Cette pause m’a amené à repenser les choses. Au cours de la dernière année, j’ai trop réfléchi. Si vous pensez trop en tant que footballeur, ce n’est jamais bon.

J’ai besoin d’avoir l’esprit libre. J’ai tout donné pour retrouver ma forme actuelle. Je suis très heureux d’avoir fait les choses ainsi ». Apaisé, Harit est donc reparti avec l’envie d’oublier le passé et de retrouver son meilleur niveau.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il réussit à maintenir le cap qu’il s’est fixé. Titularisé à 5 reprises en Bundesliga, le Lion de l’Atlas, aligné souvent sur l’aile gauche, a marqué trois buts lors des deux dernières sorties de Schalke.

Il a signé un doublé face à Paderborn (victoire 5-1, 15 septembre) avant de trouver la mire la semaine passée face à Mayence (victoire 2-1, 20 septembre). L’occasion aussi pour lui de délivrer une passe décisive (il en a fait deux autres lors du 1er tour de Coupe d’Allemagne).

Un renouveau salué par notre confrère allemand Lukas Hörster (Fussball Transfers). « Harit est évidemment meilleur que l’an dernier. Maintenant, il semble avoir réglé ses problèmes avec lui-même. Il a beaucoup plus de confiance sur le terrain. C’est un vrai joueur de ballon. Il est d’ailleurs le seul bon joueur offensif dans cette équipe de travailleurs. Il est souvent responsable des moments magiques.

Sa première saison à Schalke était bonne. Mais là c’est encore mieux. Il marque des buts ». Sa métamorphose est notamment liée à sa relation avec son entraîneur David Wagner. Alors qu’on évoquait un possible départ du Marocain l’été dernier, les deux hommes ont échangé et ils ont été sur la même longueur d’onde.

Une prolongation à Schalke ? En interview, le joueur a confié à son sujet : « Le coach ramène la confiance en abordant les choses directement. Si quelque chose ne va pas bien, il le dit tout de suite.

Il est important que l’entraîneur fasse des annonces claires : c’est bien, ce n’est pas bien. Même si nous avons gagné un match. Il y a aussi des entraîneurs qui disent “on a gagné, tout va bien”.

Nous recherchons toujours des choses qui ne se sont pas bien passées. La préparation de la saison s’est très bien déroulée pour tout le monde, pour le moment je peux dire qu’il fait du très bon travail. Il m’a dit personnellement ce qu’il aime et ce qui ne lui plaît pas. Je lui ai dit ce qui s’est passé.

L’entraîneur m’a montré comment les choses peuvent mieux fonctionner. En outre, comment je dois être professionnel, m’entraîner chaque jour dur. C’était aussi mon idée. Je fais vraiment tout pour montrer les performances sur le terrain. C’est payant maintenant ». Le natif de Pontoise veut poursuivre ainsi et aller loin avec Schalke, 5e de Bundesliga (10 points) à seulement trois longueurs du leader Leipzig. Il vise une place dans les quatre premiers.

Avec un Amine Harit à ce niveau, l’écurie allemande peut espérer atteindre cet objectif. Un élément que Schalke souhaiterait d’ailleurs prolonger selon Bild. Interrogé au sujet de son avenir par Sky Germany, le principal intéressé a répondu : « Tout le monde sait que mon contrat va jusqu’en 2021.

Pour le moment, je me concentre uniquement sur ce qui se passe sur le terrain. Je sais qu’on parle beaucoup de mon avenir, mais je suis vraiment concentré à 200% sur Schalke. Nous parlerons au nouvel entraîneur, le nouveau directeur sportif, puis nous verrons ce qui se passera dans le futur.

Mais pour le moment, je me sens bien à Schalke. Je n’ai aucune raison de penser aux contrats ou à quelque chose du genre. Nous verrons ce qui se passera dans les semaines et les mois à venir. Pour le moment, nous ne parlons que de football ». Un langage que parle plutôt bien Amine Harit cette saison.