Image lionsdelatlas par défaut

L’affiche PSG – Bar&ccedila de la Ligue des champions (en Live sur LDA) constitue également un choc entre Sud-américains. Que ce soit le duel de brésiliens entre Lucas et Neymar, celui d’Argentins entre Di Maria et Messi ou d’Uruguayens entre Cavani et Suarez, le match aura des airs de derbies pour ces joueurs-là. D’autant plus que l’on peut ajouter les Brésiliens Marquinhos et Maxwell en défense coté parisien et l’Argentin Mascherano coté barcelonais.

Paris-Barcelone ” &ccedila va être très chaud”, se délecte le Brésilien Lucas avant d’affronter son compatriote Neymar mardi en 8e aller de Ligue des champions. L’un des nombreux duels sud-américains du match, avec également les alléchants Di Maria-Messi pour les Argentins ou Cavani-Suarez pour les Uruguayens. Le derby brésilien : comment va Neymar ? Ils sont nés la même année, et étaient présentés comme deux des plus belles promesses du foot brésilien avant de rallier l’Europe. Lucas Moura et Neymar, coéquipiers en Sele&ccedilao, seront face à face mardi en C1. ” C’est un joueur incroyable, qui sera difficile à arrêter”, prévient Lucas dans un entretien à l’AFP. D’autant plus que Thiago Silva, défenseur brésilien et capitaine du PSG qui connaît bien le virevoltant barcelonais, est forfait pour le match, en raison d’une ” gêne persistante au mollet gauche”, dixit une source proche du club parisien. Quant à Lucas, sera-t-il sur la pelouse au coup d’envoi? L’arrivée cet hiver à Paris de l’Allemand Julian Draxler a piqué un Angel Di Maria fantomatique jusque-là, et relancé la concurrence sur les ailes du PSG. Lucas pourrait-il en faire les frais ? Pas s&ucircr, il est l’un des joueurs les plus utilisés par Unai Emery, et réalise sa meilleure saison sous le maillot parisien avec déjà 14 buts. A contrario, Neymar, qui a fêté son 25e anniversaire le 5 février, a moins de réussite au Bar&ccedila avec un ratio de buts plus faible. Mais ses dribbles restent décisifs et il conserve la confiance de son entraîneur Luis Enrique, qui voit en lui un ” joueur déterminant”. Lucas lui-même en convient: ” Au niveau des statistiques, il est moins bon cette saison, mais pour moi le foot ce ne sont pas que les statistiques. Neymar, même s’il marque moins de buts, c’est toujours Neymar. ” Le derby argentin : comment concurrencer Messi ? Angel Di Maria est un superbe joueur, le deuxiéme plus cher transfert de l’histoire du championnat de France (63 millions d’euros en provenance de Manchester United), mais comment soutenir la comparaison face à Messi ? ” La Pulga” affiche des statistiques d’extraterrestre depuis ses débuts professionnels à Barcelone en 2004, et a en outre remporté quatre Ligues des champions, huit championnats d’Espagne, quatre Coupes du Roi. Sans parler de ses cinq Ballons d’Or (2009, 2010, 2011, 2012, 2015). Certes, il lui manque encore un trophée majeur en sélection aprés son nouvel échec l’été dernier en finale de la Copa America, mais Messi a redémarré la saison en trombe avec le Bar&ccedila: 32 buts en 32 matches toutes compétitions confondues ! Le palmarés du ” Fideo” Di Maria n’est pas mal non plus (une Ligue des champions, des titres de champion du Portugal en 2010, d’Espagne en 2012, de France en 2016. ), mais sans comparaison. Et puis l’Argentin, qui avait réussi une premiére saison correcte au PSG, a été en grosses difficultés lors de la premiére partie de saison parisienne. Enfin, si les deux sont natifs de Rosario, tout les oppose depuis leur morphologie – Messi est aussi petit que Di Maria est longiligne – jusqu’à leur club argentin, ” Angelito” ayant débuté à Rosario Central tandis que ” Leo” faisait ses premiéres armes avec les Newell’s Old Boys. Le derby uruguayen : qui gagnera le choc des buteurs ? Au niveau international, c’est sans aucun doute l’un des duos les plus impressionnants: les Uruguayens font partie des tous meilleurs attaquants de pointe, et le démontrent encore cette saison en étant, chacun chez soi, le meilleur buteur de son championnat (25 buts pour Cavani, 18 pour Suarez). Edinson Cavani, qui dispute sa premiére saison parisienne comme avant-centre titulaire – il était auparavant barré par Zlatan Ibrahimovic -, a toutefois un avantage sur Luis Suarez: il est deuxiéme meilleur buteur de la Ligue des champions, derriére Messi (10 buts en six matches!), et tourne à un but par match (6 buts).