Le Stade d’honneur d’Oujda, ouvert le 11 octobre à l’occasion du match amical Maroc-Libye, paraissait flambant neuf sous les caméras de télévision. Une image ô combien trompeuse, puisque le fief du Mouloudia est encore inachevé . Certes, il n’y a plus de grues dans le stade ou dans ses alentours, mais à l’intérieur, la piste d’athlétisme est dissimulée sous une moquette, les caméras de surveillance, les tourniquets et le tableau d’affichage se font toujours attendre. En attendant que tous ces équipements soient installés, le Mouloudia dispose au moins d’un terrain pour accueillir ses adversaires.

À Oujda, les supporters sont enchantés de voir un Stade d’honneur new-look, mais ils sont surtout déçus, car il manque encore plusieurs équipements nécessaires. Ce sentiment est tout à fait compréhensible.

D’une part, les aficionados du MCO se réjouissent que leur club puisse finalement accueillir ses adversaires à domicile sans avoir à aller chercher un stade. De l’autre, ils regrettent que le stade ne soit pas achevé à 100% après 18 longs mois de fermeture. Il faut dire que contrairement aux images télévisées du stade lors de la rencontre Maroc-Libye où tout paraissait en parfait état, le stade reste encore en chantier.
Certes, les travaux concernant l’aire de jeu ont été achevés. Aujourd’hui, le Stade d’honneur dispose de l’une des plus belles pelouses au Maroc. Les gradins ont été entièrement rénovés. Un nouveau système d’éclairage a été installé permettant au club de recevoir ses adversaires en nocturne. Un mur de clôture a également été érigé et les vestiaires aménagés, sans oublier l’aménagement à l’extérieur du stade. Beaucoup de choses ont changé, mais plusieurs autres équipements très importants manquent encore à l’appel. C’est le cas de la piste d’athlétisme. L’emplacement de cette dernière a été, tenez-vous bien, dissimulé sous une moquette lors de la rencontre Maroc-Libye (voir photos). D’après nos informations, cette piste devrait voir le jour dans un délai n’excédant pas trois mois.

Les tourniquets et les caméras de surveillance se font toujours attendre
En plus de la piste, le Stade d’honneur d’Oujda n’est toujours pas équipé de tourniquets ni de caméras de surveillance. Des équipements qui seront bientôt installés, puisque le marché des tourniquets a déjà été adjugé, au même titre que celui des caméras de surveillance. Seul petit bémol, les crédits pour ces deux marchés ne sont pas débloqués. Le tableau d’affichage non plus n’est toujours pas installé. L’écran utilisé lors de la rencontre Maroc-Libye était un écran de location, rendu à son propriétaire après le départ des Lions de l’Atlas et de leurs invités libyens. L’installation d’un toit, prévue initialement lors de la présentation du projet de rénovation, a été finalement abandonnée. On ignore si cette décision est liée à une question de budget ou à remise en cause de l’utilité du toit. Le Stade d’honneur restera donc exposé au soleil et à la pluie, sauf la tribune d’honneur, historiquement couverte.

Le Stade d’honneur d’Oujda toujours pas achevé

Le Stade d’honneur d’Oujda accuse une longueur de retard par rapport aux grands stades du Royaume répondant aux normes de la FIFA, en raison de l’état désuet de son stade annexe. Déjà la surface de ce stade a été divisée en deux parties. La première a servi à la construction d’une piscine couverte. La partie restante n’est pas homologuée. Elle est équipée d’un gazon synthétique qui date de 15 ans. D’ailleurs, les clubs qui se déplacent à Oujda pour affronter le Mouloudia sont obligés de prendre leur quartier dans la ville de Saïdia où se trouve un centre de formation réalisé par la FRMF afin qu’ils puissent s’entraîner. Le Mouloudia lui-même est contraint d’aller s’entraîner dans son centre de formation, qui sert logiquement aux équipes de jeunes du club. Un vrai casse-tête que les autorités de la ville, en partenariat avec la FRMF et le ministère de tutelle, devront au plus vite résoudre pour offrir au Mouloudia les conditions idoines pour se préparer.

Des guichets inondés

Les premières pluies de la saison n’ont pas fait que des heureux. C’est le cas au Stade d’honneur d’Oujda où la pluie a révélé quelques défauts au niveau des guichets, entièrement inondés en raison de trous au niveau de la toiture. Et encore, ces premières pluies n’avaient rien de torrentiel, mais les dégâts sont là, parce que la finition semble laisser à désirer. L’eau coulait même des emplacements destinés à l’installation des prises de courant.