Le 22 mai 2010 ou encore le 17 août 2012 … Cela ne vous dit certainement pas grand-chose mais il s’agit des dates de transfert respectives de Marouane Chamakh à Arsenal et Oussama Assaidi à Liverpool … deux dates qui avaient rendus fiers tous les supporters marocains, fiers de voir deux joueurs de l’équipe nationale porter les couleurs de l’une des plus grandes équipes du vieux continent.

Du temps est passé et la situation a changé : Marouane Chamakh a été finalement prêté à West Ham (sans changement notable pour le moment), alors qu’Oussama Assaidi commence déjà à s’impatienter au vu de sa situation plus que délicate chez les Reds de Liverpool. Pour quelles raisons ces deux joueurs n’ont pas pu réussir dans leur club respectif ? Pourquoi n’ont-ils pas tenté leur chance ailleurs ? Peut-on encore espérer que la situation s’améliore ?

Chamakh … retour en Ligue 1 inéluctable

Profitant de la blessure de Robin Van Persie pour ses débuts en 2010, Chamakh enchaine les matchs et les bonnes performances, au point de pousser Wenger à se demander s’il serait légitime de le laisser sur le banc au retour du néerlandais … Tout se passe bien donc pour l’ancien bordelais qui a su s’adapter très rapidement aux spécificités du football anglais, à un détail près.

Habitué aux périodes de fêtes qui riment avec trêve hivernale en France, Chamakh n’a pu tenir physiquement à l’heure du traditionnel Boxing Day et l’enchainement des matchs intenses en Premier League … Relégué sur le banc des remplaçants, Marouane prend du temps pour s’en remettre, ses concurrents enchainent les buts et le schéma tactique prend définitivement place sans lui… le début de la fin !!

29 rencontres pour sa première saison, 11 pour sa seconde (presque toutes en tant que remplaçant) et aucun match disputé lors de la première partie du présent exercice … Chamakh a enfin choisi d’aller voir ailleurs et essayer de montrer ce dont il est capable du côté de West Ham… Malheureusement pour lui, le manque de compétition s’est indéniablement fait sentir et il continue de jouer un rôle de doublure qui ne rentre que très rarement en cours de match.

Chamakh peut-il en vouloir à Wenger de l’avoir écarté même après le départ de RVP et les débuts catastrophiques de Giroud ? Chacun aura son avis sur la question … Nous pouvons cependant affirmer avec certitude que le natif de Tonneins aurait pu s’en sortir s’il avait accepté de revoir son salaire à la baisse et revenir à son équipe de cœur qui l’a révélé au grand public, d’autant plus que les girondins de Bordeaux ont perdus leur arme offensive cet hiver également.

Assaidi … Retour à la case départ ?

Après deux saisons pleines avec son club néerlandais de Heerenveen (19 buts marqués pour 58 matchs disputés au total), Assaidi est transféré très rapidement à Liverpool alors que bon nombre de clubs l’approchaient pour faire de lui le fer de lance de leur animation offensive. Bien que contents de le voir débarquer chez les Reds, nous avions à l’époque émis des réserves quant à sa capacité à gagner sa place de titulaire au sein d’un effectif déjà bien garni et au sein d’un championnat bien plus physique que ce qu’il a pu connaitre aux Pays-Bas. Avec la montée en puissance du jeune Sterling, 18 ans, l’international marocain ne participe presque pas aux matchs comptant pour le championnat anglais (faisant même rarement son apparition sur la feuille de match), et ce, malgré des prestations encourageantes en Ligue Europa.

Etant récemment éliminé de cette compétition continentale où Brendan Rogers faisait tourner son effectif pour donner la chance aux remplaçants et réservistes de se mettre en avant, la fin de saison d’Assaidi s’assombrit donc un peu plus et s’inscrit désormais en pointillé chez les Reds de Liverpool. Peut-il lui aussi tenter sa chance dans un autre club anglais ou doit-il plutôt rejoindre un club de Liga, championnat qui correspondrait plus à son style de jeu ? L’exemple de Chamakh est là pour lui rappeler que prendre la bonne décision conditionnera automatiquement la suite de sa carrière en club, mais aussi au sein de l’effectif des Lions de l’Atlas.

« La rigueur vient toujours à bout de l’obstacle » … Léonard de Vinci ne pensait pas si bien dire … Chamakh ne pensait pas si mal faire en perdant motivation et persévérance … à Assaidi de se bouger avant qu’il ne soit trop tard !!