Après la séance d’aujourd’hui, le champion marocain de boxe, Badr Hari a été remis en liberté provisoire, en attendant  son prochain jugement en janvier. Nous vous rappelons qu’il est accusé de neuf tentatives de délits de violence dont une tentative de meurtre sur Koen Everink, pour laquelle il risque jusqu’à 10 ans de prison.Pour se défendre, il a déclaré: « Je suis un gentil garçon. Le fait selon lequel j’aurais battu des personnes à l’hôpital et que je les aurais paralysé à vie, n’a aucun sens ».