Le 21 décembre prochain à Arnhem aux Pays-Bas aura lieu « Collision 2 », la revanche tant attendue entre Badr Hari et Rico Verhoeven. En attendant les deux adversaires se sont retrouvés hier en conférence de presse. Voici l’essentiel des déclarations du kickboxer marocain.Trois ans après, la revanche entre Badr Hari et Rico Verhoeven pour le titre de champion poids lourds du Glory est sur les rails. « Collision 2 » aura lieu le 21 décembre prochain au Gerlredom d’Arnhem aux Pays-Bas. En attendant les deux kickboxers se sont retrouvés hier pour lancer l’événenement lors d’une conférence de presse. Voici l’essentiel des déclarations du Marocain.

L’heure de la revanche
« C’est un combat que j’attends depuis trois ans parce que la dernière fois j’étais blessé au bras et je n’ai pas pu aller bout. C’est toujours dur de perdre de cette façon, surtout un combat aussi important. Cette revanche c’est mon plus grand défi parce que je veux laisser un héritage, je veux entrer dans la légende, pas seulement gagner. Alors oui ce combat est le plus important de ma carrière. »

Le statut de champion de Verhoeven
« Tant mieux pour lui mais il est temps que ça change. Le 21 décembre je vais montrer à tout le monde son vrai niveau et vous verrez que ce n’est pas si impressionnant. Son dernier adversaire c’était une blague. »

À quoi s’attendre?
« Je suis mieux préparé, plus fort qu’avant, et mon état d’esprit est complètement différent. Cette fois je serai concentré à 100% sur mon combat. La dernière fois j’avais beaucoup de problèmes extra-sportifs donc je pense que ça fait une grosse différence. Y’a trois ans je devais faire face à mes ennuis judiciaires, me rendre au tribunal, il y a eu la prison aussi… »

« Tout le monde sait que pour un combat pareil il faut être à 100%, pas 90 ni 95, 100! Ça fait un an que je m’entraîne, je vais à la salle tous les jours, je cours dans les montagnes marocaines, je suis prêt. »

La pression médiatique
« J’aime cette pression, être au centre des attentions. C’est pour ça que je vis, pour ce genre de supers combats. On vit tous pour ça parce que si tu es exposé, ça veut dire que tu fais les choses bien. Aucun de nous (les combattants) ne peut prétendre pratiquer ce sport uniquement pour lui-même ou parce qu’il aime la bagarre, c’est des conneries. On fait tous ça pour être dans la lumière on aime les caméras. Moi j’adore ça et plus y’en a mieux c’est.

Verhoeven le gentil, Hari le méchant?
Je ne me vois pas comme le méchant. Ça c’est une vision des médias. Bon c’est vrai cette image de Bad Boy m’a un peu aidé dans ma carrière… Mais en même temps c’est ce qui fait vendre. Par exemple y’a pas de Batman sans Joker. Y’ a toujours un gentil un méchant. Si ça vous arrange qu’il soit le gentil et moi le méchant et que ça remplit le stade, pas de problème. »