Un «match» à oublier, une stratégie à revoir ?

En ne considérant que les 10 joueurs de champs (Nous nous sommes longtemps posés la question de savoir si l’équipe catalane jouait avec ou sans gardien de but), seulement 5 joueurs étaient titulaires ou jouaient souvent lors de l’exercice précédent en Liga (Mascherano, Dani Alves, Messi, Adriano et Alexis Sanchez), les 2 premiers sortant à la 69eme minute et les 3 autres à la 62eme.

Avec une équipe type et si le Barca avait donc joué le jeu tout au long de la rencontre (pensant notamment aux 30minutes pendants lesquels aucun but n’a été marqué après la sortie des seuls joueurs connus des catalans), on pouvait voir une dizaine de buts supplémentaires … mais heureusement que le gardien de but du Raja de Casablanca est chanceux (simple petit jeu de mot en espérant que vous avez compris)

Nous savons bien que le football n’est pas une science exacte. Nous savons aussi que ce qui a précédé n’a pas de sens réel, mais comment peut-on expliquer une telle déroute face à une équipe certes talentueuse mais qui se présentait avec 80% de réservistes n’ayant pas l’habitude de jouer des matchs de haut niveau ? Comment peut-on expliquer qu’une équipe composée des « meilleures joueurs » de la Botola professionnelle ne pouvait faire mieux que défendre tout au long des 90 minutes ? Car oui, l’équipe dirigeante a fait en sorte de satisfaire les désirs de Fakhir pour acheter une quinzaine de joueurs considérés comme les meilleurs à chaque poste et issus des différentes équipes de la Botola.

La réponse est claire : Le RCA a affronté samedi soir une équipe qui se base quasi exclusivement sur son centre de formation, avec des jeunes talents qui n’ont encore rien prouvé mais qui ne tarderont certainement pas à le faire !!

Boudrika : stratégie payante ?

Au-delà de vouloir jouer un match de Gala contre une équipe considérée par beaucoup comme celle pratiquant le meilleur football de tous les temps, la rencontre de Samedi a surtout mis en avant la nouvelle stratégie des dirigeants du RCA. Acheter plus d’une douzaine de joueurs peut-il être bénéfique pour une équipe connue pour son jeu basé sur des automatismes et ayant une philosophie de jeu bien ancienne ? Comment les dirigeants peuvent-ils motiver les jeunes du centre de formation quand ces derniers voient que l’ensemble de l’équipe première est tout bonnement « importée » des 4 coins du pays ?

Une équipe composée de 11 différents joueurs n’est pas une simple somme d’individualités … le football est un sport collectif qui nécessite la mise en place d’une philosophie de jeu, d’une coordination entre les différents membres de l’équipe qui ne peut être trouvée que grâce à un travail de fond sur le long terme pour avoir des automatismes entre les différentes lignes de l’équipe.

Allant même de l’idée que le Raja puisse décrocher le titre la saison prochaine, pensez-vous réellement que cette équipe pourrait durer sur le long terme, quand on sait que bon nombre de joueurs ne sont plus vraiment jeunots ? La question mérite d’être posée puisqu’il serait grave que la stratégie du nouveau président des Verts ne se limite qu’au court terme.

Un match de Gala … que tous les supporters veulent déjà oublier

Evidemment tout footballeur au royaume aurait voulu avoir la chance de disputer une rencontre  aussi prestigieuse contre la bande à Messi. L’idée était correcte quand il s’agissait d’une « équipe nationale locale » qui allait être formée pour l’occasion. Mais quel est le véritable intérêt pour une équipe comme le Raja de participer à cette rencontre en pleine période de préparation pour la nouvelle saison, sachant pertinemment que les casablancais ne pouvaient que perdre par un score large … très large … déshonorant !!

Qu’on se le dise, un score de 8-0 contre l’équipe première aurait été sévère … contre une équipe largement remaniée, c’est tout simplement embarrassant, honteux et préjudiciable pour l’image donnée du football national. Comme a souligné Mohamed Bouabid, président de l’Alliance Marocaine des Journalistes Sportifs, il faut simplement espérer que « les joueurs ne soient pas affectés moralement par cette écrasante défaite ». Le Raja version 2012-2013 avec tous ses nouveaux joueurs doit encore tout prouver et est déjà sous pression vu que le peuple le désigne déjà comme favori de la Botola.

Antoine de Saint-Exupéry évoquait « des défaites qui assassinent, d’autres qui réveillent » …  difficile de se réveiller d’une telle désillusion avec 8 buts encaissés le 8éme jour du Ramadan … Heureusement que le match n’a pas été prévu vers la fin du mois sacré.