Adel Taarabt multiplie les sorties médiatiques pour tenter de soigner son image, le joueur de QPR a accepté de revenir sur sa saison avec les Queen Park Rangers et sur ses différents avec le sélectionneur national, Eric Gerets, totalement indifférent aux frasques du joueur. Au vu de ses écarts de conduite en équipe nationale, est-il le bad-boy du football que l’on décrit? Adel Taarabt s’explique dans les colonnes « d’aufaitmaroc.com« .

Quelle analyse faites-vous de votre saison en Premier League avec les Queen Park Rangers (QPR)?

On a très mal commencé. Après, on a changé d’entraîneur quand je suis revenu de la Coupe d’Afrique. Je me suis senti mieux avec Mark Hughes (entraîneur des QPR, ndlr). On s’est maintenu en Premier League durant la dernière journée, c’était l’objectif du club. On a fait donc une bonne saison où j’ai marqué deux beaux buts contre Tottenham et Arsenal. Autant je n’étais pas content de mon début de saison, autant je suis bien content de la fin.

A l’intersaison, on a beaucoup parlé d’un probable transfert de Taarabt. Actuellement, on est en plein mercato d’été, est-ce que vous allez rester au QPR ou êtes-vous sur le départ ?

A priori, non. Il me reste une année de contrat. On est en pleines négociations pour un nouveau bail. Le club veut me garder pour un très long projet. Normalement, l’année prochaine, on me verra au Queen Park Rangers.

Et vous comptez prolonger votre contrat pour combien d’années?

Cela dépendra des négociations, mais si je dois signer, ça sera entre 3 et 4 ans.

Après une bonne saison au QPR, quels sont vos objectifs pour la suite de votre carrière?

Simplement, j’aimerais faire une bonne saison pour accrocher les grands clubs à la fin de la saison prochaine. Et ce n’est pas seulement pour signer dans un grand club mais pour réussir à jouer dans ces grands clubs.

Quels grands clubs ciblez-vous?

Je veux jouer dans le Top 4 (Big 4, ndlr) ou le Top 5. Maintenant, au QPR, je pense que l’objectif sera de finir dans les 10 premières places. Ce qui sera une très bonne saison pour nous. Donc mon objectif, c’est de disputer une bonne saison dans un club comme QPR où je peux jouer tous les matchs.

Dernièrement, vous avez souhaité revenir en équipe nationale pour jouer pour votre pays et non pour Gerets, mais pensez-vous que cela puisse se réaliser tant qu’il sera en tête de l’équipe nationale, vu vos différends ?

Non, je n’ai pas dit que je voulais jouer pour mon équipe mais pas pour Gerets. C’est vrai que si j’ai décidé de revenir, c’est que je suis Marocain. Je suis là pour défendre mes couleurs. C’est vrai que des fois, je parle à chaud et je dis des choses que je regrette après, mais je sais que mon pays a besoin de moi et si on fait appel à moi, je répondrai présent.

Vous avez eu un problème avec Gerets avant le match contre l’Algérie en éliminatoires de la CAN, vous avez quitté le groupe. Après la CAN, vos sorties médiatiques n’ont pas été tendres à l’égard de Gerets, ne pensez-vous pas que c’est votre comportement qui entame votre carrière en équipe nationale?

Non, ce n’est pas cela. C’est vrai que j’ai le sang chaud. J’aime jouer et quand je ne joue pas, je suis très déçu. Maintenant, j’avoue que ce sont des erreurs. Je suis jeune. La première fois, c’est vrai que j’ai fait une erreur en quittant le groupe la veille du match contre l’Algérie mais durant la Coupe d’Afrique, j’étais professionnel jusqu’à la fin. Après, j’ai fait une déclaration en disant que je n’étais pas content que le coach ne m’ait pas fait jouer. Mais, il n’y a pas de problème à mon niveau.