Aprés que LDA vous ait annoncé que Gerets ferait tout pour résilier son contrat, voila qu’on annonce des changements importants qui interviendront au sein même de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) suite au match nul réalisé par la sélection nationale contre son homologue ivoirienne, samedi dernier à Marrakech, lors d’un match comptant pour les éliminatoires du Mondial 2014 au Brésil.

Selon des sources apparemment bien informées contactées par al Massae, la FRMF s’achemine vers une Assemblée générale extraordinaire qui devrait élire un nouveau président et un nouveau bureau fédéral, surtout après la colère du public présent au stade de Marrakech, qui a demandé la dissolution de l’actuel bureau, le limogeage de Gerets et le rappel à la tête de l’équipe de Baddou Zaki qui avait mené les « Lions » en finale de la CAN tunisienne de 2004.

Par ailleurs, les mêmes sources affirment que la séparation avec le sélectionneur belge est imminente, et que le « feu vert » a été donné aux responsables pour prendre cette décision. Mais le contrat conclu avec Gerets, qui expire en 2014, constituera un obstacle pour cette révocation, surtout qu’il stipule la qualification au Mondial 2014 et à la CAN 2013. « Techniquement, nous ne sommes pas encore disqualifiés pour le Mondial, ce qui joue en faveur de Gerets, mais nous sommes résolus à nous séparer de lui en favorisant une solution à l’amiable, afin de gagner du temps et de procéder à la reconstruction de notre équipe nationale », ajoutent toujours les mêmes sources.

D’aprés Al Massae Gerets percevrait un salaire mensuel de 274 millions de centimes, et en cas de résiliation de contrat, la Fédération devra lui verser l’ensemble de ses salaires courant jusqu’à la fin du contrat, en 2014. Nous devons vous rappeler que le ministre Mohamed Ouzzine a démenti ce montant.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Ouzzine, a déclaré à al Massae que « le temps des déclarations est désormais révolu, l’heure des décisions a sonné ». Quelles décisions ? Réponse du ministre : « nous ne pouvons aujourd’hui prendre aucune décision, mais nous nous réunirons avec les responsables de la Fédération pour décider de ce qu’il y a lieu de faire, calmement et sans précipitation, afin de rendre ses lettres de noblesse au football marocain et de réconcilier aussi le public avec le sport, sans verser dans les règlements de comptes, les surenchères ou la politisation », ajoutant que « nous ne pouvons pas ne pas répondre aux attentes du public et à son aspiration au changement ».