Jawad El Yamiq face à la Libye (1-1), Walid El Karti contre le Niger (1-0), Zouhair Feddal face au Burkina Faso (1-1)… chez les Lions, les buts d’attaquants se font rares. Cette stérilité offensive est un vestige de l’ère Renard, mais persiste malgré l’avènement de Vahid Halilhodzic.

Youssef En-Nesyri (8 matchs joués en Liga, 0 but), Nordin Amrabat (5 matchs en championnat saoudien, 0 but), Walid Azaro (1 match avec Al Ahly, 0 but)…aucun d’entre eux n’est parvenu à tirer son épingle du jeu.

Et même ceux qui affichent des statistiques satisfaisantes en clubs comme Oussama Idrissi (6 buts en 9 matchs avec l’AZ Alkmaar), Hakim Ziyech (4 buts en Eredivisie) et Rachid Alioui (4 buts en 9 matchs avec Angers) n’ont rien pu y faire (avec notamment un penalty raté contre le Burkina Faso pour le deuxième.

Faible entente, manque de précision dans le dernier geste, maladresse, déchets, les attaquants semblent toujours se chercher, alors que Coach Vahid n’a pas encore désigné ses titulaires indiscutables.

Mais que faut-il faire face à cette sécheresse offensive? Rappeler Abderrazzak Hamdallah, l’attaquant marocain le plus prolifique de ces dernières années (34 buts en 26 matchs en 2018-2019)?

Seulement, cette saison, Hamdallah n’a inscrit qu’un seul but en 4 apparitions en championnat saoudien. Ce relâchement, l’impact médiatique de ses récentes non-sélections, et ses sorties, rendent-elles son retour chez les Lions plus compliqué? Peut-être pas.

Si les stats du joueur ne sont pas aussi flamboyantes cette saison, c’est parce qu’il a longuement traîné une blessure à la cuisse. De plus, Hervé Renard, avec qui il avait un différent, n’est plus sélectionneur national. Le joueur n’a jamais fermé la porte aux Lions et le dialogue peut toujours être rétabli.